La pa­role ra­ciste se

DISCRIMINATION. SOS Ra­cisme s’in­quiète de la mul­ti­pli­ca­tion des pro­pos ra­cistes. Une consé­quence des at­ten­tats, se­lon l’as­so­cia­tion.

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - TIMOTHÉE BOUTRY

C’EST UN POSTE D’OB­SER­VA­TION qui per­met d’ob­te­nir un ba­ro­mètre as­sez fi­dèle des ten­sions du pays. Et le pa­no­ra­ma qu’il offre ces jours-ci n’est pas très ré­jouis­sant. Tra­di­tion­nel­le­ment peu sol­li­ci­tée l’été, la per­ma­nence ju­ri­dique de SOS Ra­cisme tourne à plein ré­gime. « Le contexte des at­ten­tats a li­bé­ré la pa­role et les actes ra­cistes, constate Ma­ri­na Bel­liard, la res­pon­sable du conten­tieux. La France s’en­fonce dans un cli­mat dé­lé­tère, la po­pu­la­tion se di­vise, exac­te­ment comme le sou­haitent les ter­ro­ristes. »

+ 223 % d’actes an­ti­mu­sul­mans en 2015

En poste de­puis deux ans, Ma­ri­na Bel­liard n’avait ja­mais connu une pé­riode si sen­sible où les pro­pos ra­cistes, vi­sant sur­tout les mu­sul­mans, s’ex­priment aus­si ou­ver­te­ment. Deux exemples ré­cents le prouvent (lire ci­des­sous). « Les vic­times ne doivent pas hé­si­ter à por­ter plainte, in­siste la ju­riste. Nos équipes sont à leur dis­po­si­tion pour les ac­com­pa­gner. »

Se­lon les chiffres dé­voi­lés mi-jan­vier par la Dé­lé­ga­tion in­ter­mi­nis­té- rielle à la lutte contre le ra­cisme et l’an­ti­sé­mi­tisme, qui agrège les faits dé­cla­rés par les vic­times, les actes an­ti­mu­sul­mans ont bon­di de 223 % entre 2014 et 2015, qu’il s’agisse des me­naces (+ 291 %) ou des ac­tions ef­fec­ti­ve­ment com­mises (+ 125 %).

« L’or­ga­ni­sa­tion Etat is­la­mique cherche à dé­sta­bi­li­ser notre so­cié­té de l’in­té­rieur. Il faut bien com­prendre que chaque acte de ra­cisme est une va­li­da­tion de la stra­té­gie de Daech, in­siste Do­mi­nique So­po, pré­sident de SOS Ra­cisme. Ils ont conscience que nous sommes dans un pays tra­ver­sé par des ten­sions et des failles in­ternes. Ils mettent du sel dans nos plaies. Et plus on va ac­ti­ver ces plaies par des actes de ra­cisme, plus on se si­gnale comme une cible à frap­per. » Et de conclure : « Toutes les formes de ra­cisme et de discrimination qui se ma­ni­festent de­puis l’at­ten­tat de Nice et l’as­sas­si­nat du prêtre de SaintE­tienne-du-Rou­vray ne sont pas le fait de néo­ra­cistes mais de per­sonnes qui avaient dé­jà ces opi­nions et qui se sentent libres de les ex­pri­mer. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.