Eme­ry a l’em­bar­ras du choix en at­taque

Aujourd'hui en France - - SPORTS - DO­MI­NIQUE SÉVÉRAC

LE DÉ­PART de Zla­tan Ibra­hi­mo­vic et l’ar­ri­vée d’Unai Eme­ry comme en­traî­neur re­battent com­plè­te­ment les cartes dans le sec­teur of­fen­sif. Tout a chan­gé ou presque.

Une mul­ti­tude de com­bi­nai­sons. Ca­va­ni va oc­cu­per en­fin la pointe de l’at­taque pa­ri­sienne pour sa qua­trième sai­son dans la ca­pi­tale. Le nou­veau sys­tème de jeu d’Eme­ry — le 4-2-3-1 — offre une place sup­plé­men­taire de­vant. Ils sont dé­sor­mais huit joueurs pour ces quatre fau­teuils. Ca­va­ni donc, mais aus­si Je­sé, Ben Ar­fa, Lu­cas, Pastore, Di Ma­ria et les deux jeunes Au­gus­tin et Iko­né.

Der­rière l’Uru­guayen, les six pre­miers sont qua­si­ment tous ca­pables de jouer aux trois postes of­fen­sifs. C’est moins vrai pour Lu­cas, aus­si à l’aise à droite qu’à gauche (à l’aise ne si­gni­fie pas ef­fi­cace), mais Pastore, Ben Ar­fa et Di Ma­ria peuvent être ali­gnés sur un cô­té comme à l’or­ga- ni­sa­tion. La sai­son pas­sée, Di Ma­ria avait été re­po­si­tion­né dans l’axe et s’était ré­vé­lé très per­for­mant dans ce rôle. Les per­mu­ta­tions s’an­noncent nom­breuses. Eme­ry aime les joueurs de cou­loir ra­pides, ce qui plaide da­van­tage en fa­veur de Di Ma­ria, Je­sé et Lu­cas que Pastore et Ben Ar­fa, da­van­tage dans un rôle axial.

Une forte concur­rence. Avec six joueurs majeurs, à l’ego dé­ve­lop­pé, pour quatre places, il y au­ra deux mé­con­tents chaque week-end. Si Ca­va­ni et Di Ma­ria partent avec une lon­gueur d’avance, sans doute Pastore aus­si au poste de me­neur, la concur­rence se­ra fé­roce entre Je­sé, Ben Ar­fa et Lu­cas. Il n’y a au­cune chance que le PSG ait réus­si à at­ti­rer Je­sé en lui ex­pli­quant qu’après avoir été la dou­blure des trois monstres Ro­nal­do-Ben­ze­ma-Bale, il se­rait celle de Ca­va­ni, Di Ma­ria et Lu­cas. Eme­ry compte sur lui et l’Es­pa­gnol peut de­ve­nir le ti­tu­laire sur­prise de ce PSG new-look, par exemple à droite avec Pastore en 10 et Di Ma­ria à gauche. Ben Ar­fa, in­trin­sè­que­ment plus fort que Je­sé, va de­voir s’ac­cro­cher.

Un seul vrai bu­teur ? Sur le pa­pier, l’at­taque du PSG pa­raît for­mi­dable. Il y a un hic : hor­mis Ca­va­ni, au­teur d’une pe­tite ving­taine de buts en Ligue 1 lors du der­nier exer­cice (il est at­ten­du beau­coup plus haut cette sai­son), qui mar­que­ra ? A moins que l’ef­fi­ca­ci­té ne se ré­par­tisse entre tous les joueurs of­fen­sifs, qui jusque-là dans leur car­rière n’af­fichent pas des sta­tis­tiques im­pres­sion­nantes dans ce domaine. Même après l’ar­ri­vée de Je­sé, Ca­va­ni ne pos­sède pas de vrai rem­pla­çant et le seul match contre Lyon ne sau­rait in­di­quer ce qui pour­rait se pas­ser lors d’un quart de fi­nale de Ligue des cham­pions. Od­sonne Edouard, l’at­ta­quant de 18 ans du PSG, a été prê­té hier pour un an à Tou­louse.

Wör­ther­see Sta­dion (Kla­gen­furt), sa­me­di. Ben Ar­fa, Lu­cas, Pastore et Di Ma­ria (de gauche à droite), ti­tu­laires lors du Tro­phée des cham­pions, vont se dis­pu­ter toute la sai­son les places of­fen­sives avec Je­sé et les deux jeunes Au­gus­tin et Iko­né.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.