Trump-Clin­ton : la sur­en­chère so­ciale

ÉTATS-UNIS. Der­rière le match entre le po­pu­liste et la dé­mo­crate, c’est une Amé­rique tour­men­tée par les in­éga­li­tés — grande clé de cette pré­si­den­tielle — qui joue­ra son ave­nir le 8 no­vembre pro­chain. Nos re­por­tages.

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - New York, Cle­ve­land (Etats-Unis) De notre en­voyée spé­ciale Ha­rold, an­cien conseiller de pré­si­dents ré­pu­bli­cains JANNICK ALIMI

EN 2008, Ba­rack Oba­ma sym­bo­li­sait la réus­site du rêve amé­ri­cain. Huit ans après, c’est sa frac­ture qu’in­carnent Do­nald Trump et Hilla­ry Clin­ton. Mal­gré sa crois­sance re­trou­vée, l’Amé­rique est plus que ja­mais tra­vaillée par les in­éga­li­tés, ses 47 mil­lions de pauvres qui co­ha­bitent avec 3 mil­lions d’ultra-riches. Pour la pre­mière fois de­puis 1965 et the Great So­cie­ty du pré­sident John­son, la ques­tion so­ciale s’im­pose au pays roi du ca­pi­ta­lisme jus­qu’à de­ve­nir le mo­teur de la cam­pagne pré­si­den­tielle, loin de- vant le ra­cisme, les droits des mi­no­ri­tés et la sé­cu­ri­té. Si le po­pu­liste Do­nald Trump a pris le des­sus sur tous les ca­ciques ré­pu­bli­cains, c’est que lui seul a réus­si à tra­duire les frus­tra­tions et les at­tentes de ces 40 % d’Amé­ri­cains lais­sés au bord du che­min par la dés­in­dus­tria­li­sa­tion et rui­nés par la crise fi­nan­cière de 2008.

Lun­di soir, son dis­cours à De­troit, ca­pi­tale si­nis­trée de l’au­to­mo­bile, conju­guait re­lance li­bé­rale (baisse de l’impôt sur les so­cié­tés) et me­sures ico­no­clastes en di­rec­tion des « pe­tits Blancs » vi­vant de bons d’ali­men­ta­tion (protectionnisme et aides aux fa­milles les plus dé­fa­vo­ri­sées). De­main, Hilla­ry Clin­ton lan­ce­ra sa contre-of­fen­sive — en­core à De­troit ! — avec comme pro­po­si­tions la hausse du sa­laire mi­ni­mum, la gra­tui­té des études uni­ver­si­taires pour les plus mo­destes et l’élar­gis­se­ment de la pro­tec­tion ma­la­die... Un prog r a mme que l ’ e x - f i r s t l a dy a dû « gau­chir », contrainte par les 40 % d’élec­teurs dé­mo­crates qui avaient his­sé Ber­nie San­ders au seuil de la vic­toire des pri­maires du par­ti. Simple tac­tique élec­to­rale de la part des deux can­di­dats en lice pour la Mai­son- Blanche ? Pas seule­ment. Des mé­tal­lur­gistes en mal d’em­ploi aux em­ployés de McDo en lutte pour un sa­laire dé­cent, en pas­sant par les étu­diants mo­bi­li­sés pour un gel d e s frais de sco­la­ri­té, la lutte contre les in­éga­li­tés est dé­sor­mais le pas­sage obli­gé d’une Amé­rique en quête d’un nou­veau dé­part. Même Ha­rold, an­cien conseiller de pré­si­dents ré­pu­bli­cains et du « big bu­si­ness », a la cri­tique acerbe. « Nous ne pou­vons plus conti­nuer ain­si. Les chefs d’en­tre­prise ont rom­pu le pacte ta­cite si­gné de­puis les ori­gines des Etats-Unis avec la grande classe moyenne amé­ri­caine. J’ai été payé pen­dant des an­nées par le grand ca­pi­tal, et voi­là que je parle comme un so­cia­liste ! Mais c’est parce que je dé­fends le ca­pi­ta­lisme que je tire la son­nette d’alarme », nous confie-t-il dans son bu­reau de la pres­ti­gieuse Park Ave­nue à Man­hat­tan.

Quel que soit le vain­queur le 8 no­vembre, son man­dat s’an­nonce dé­li­cat. Trump de­vra faire plier un par­ti ré­pu­bli­cain dont les cre­do vont à l’en­contre de son pro­jet. Quant à Hilla­ry Clin­ton, qui creuse l’écart dans les son­dages, elle de­vra res­ter à la hau­teur de son pro­gramme pour que les élec­teurs dé­mo­crates et no­tam­ment ceux de San­ders lui donnent la ma­jo­ri­té au Congrès, au­jourd’hui te­nu par les ré­pu­bli­cains. L’après-Oba­ma s’an­nonce lourd de pro­messes mais aus­si de dés­illu­sions...

« Les chefs d’en­tre­prise ont rom­pu le pacte ta­cite si­gné de­puis les ori­gines des Etats-Unis avec la grande classe moyenne amé­ri­caine »

@Jan­ni­ckA­li­mi1

mil­lions de per­sonnes sont tou­chées par la pau­vre­té, soit 15 % de la po­pu­la­tion (Bu­reau du re­cen­se­ment). Entre 2007 (avant le krach) et 2010 (der­nier chiffre connu), le nombre de pauvres s’est ac­cru de près de 10 mil­lions. 73 mil­lions d’Amé­ri­cains, soit un peu moins d’un quart de la po­pu­la­tion, per­çoivent des cou­pons alimentaires, des aides fa­mi­liales ou au lo­ge­ment (Broo­kings Ins­ti­tu­tion).

Amé­ri­cains étaient sans-abri en 2014 dont beau­coup d’an­ciens com­bat­tants. A New York, plus de 22 000 en­fants sont sans-do­mi­cile-fixe, le nombre le plus im­por­tant de­puis la grande dé­pres­sion.

Hilla­ry Clin­ton a fait pen­cher son pro­gramme plus à gauche que pré­vu.

Do­nald Trump conjugue re­lance li­bé­rale et me­sures ico­no­clastes en di­rec­tion des « pe­tits Blancs ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.