Vic­time d’un dé­chaî­ne­ment de vio­lence in­ouï

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Nîmes (Gard) De notre cor­res­pon­dante MU­RIELLE KASPRZAK

QUAND LES PO­LI­CIERS se sont ap­pro­chés de l’homme à terre, le vi­sage mé­con­nais­sable, gi­sant dans une mare de sang de­vant un bar à chi­cha de Nîmes (Gard) dans la nuit de lun­di à mar­di, ils ont d’abord cru que ses yeux avaient été ar­ra­chés. Conduite au centre hos­pi­ta­lier de la ville, la vic­time, un jeune homme de 18 ans, a été aus­si­tôt plon­gée dans un co­ma ar­ti­fi­ciel. Son pro­nos­tic vi­tal est en­ga­gé. Bles­sée à plu­sieurs en­droits, la vic­time a sur­tout re­çu des coups ré­pé­tés à la tête, à tel point que sa boîte crâ- nienne a été en­fon­cée. Pré­ve­nue vers 3 h 30 par des té­moins qu’un ho­mi­cide était en cours au Che­min-bas d’Avi­gnon, un quar­tier sen­sible de la ci­té gal­lo-ro­maine, une pa­trouille de police a in­ter­pel­lé l’au­teur pré­su­mé des faits, sa mère et le gé­rant du bar pour les pla­cer en garde à vue.

L’agres­seur dit avoir eu un « blanc »

Se­lon les pre­miers élé­ments de l’en­quête, une dis­pute au­rait écla­té entre le gé­rant du bar, ra­che­té ré­cem­ment, et la mère d’un jeune homme, pré­sent lui aus­si dans l’éta­blis­se­ment, qui dé­tient des parts dans le com­merce. L’ado­les­cent, ma­jeur de­puis tout juste un mois, se se­rait alors sai­si d’un sabre sus­pen­du en dé­co­ra­tion au-des­sus du bar et au­rait me­na­cé les quelques per­sonnes pré­sentes, qui au­raient pris la fuite, apeu­rées. Il s’est alors achar­né sur un autre jeune de 18 ans, pré­sent dans le bar. « On ne sait pas s’il l’a frap­pé à coups de poing ou avec le plat du sabre. Il l’a mas­sa­cré, ex­plique le pro­cu­reur ad­joint de la Ré­pu­blique de Nîmes, Fran­çois Sch­nei­der. On ne com­prend pas en­core ce qui a pu dé­clen­cher les coups. »

Lors de ses pre­mières au­di­tions, le mis en cause n’a pas vrai­ment four­ni d’ex­pli­ca­tions, il s’est conten­té d’évo­quer « un blanc » et d’avan­cer qu’il était de­ve­nu comme fou. « Il n’a qu’un pré­cé­dent, pour ou­trage et ré­bel­lion, des faits pour les­quels il n’a pas en­core été ju­gé, a ajou­té le pro­cu­reur ad­joint. On ne com­prend pas pour l’ins­tant ce qui a pu dé­clen­cher son dé­chaî­ne­ment de vio­lence, c’est in­quié­tant. La vic­time au­rait peut-être pris par­ti à un mo­ment dans la dis­pute, mais a prio­ri elle n’est pour rien dans l’his­toire. » Le jeune homme, dont la garde à vue de­vait être pro­lon­gée mar­di soir, doit être dé­fé­ré au­jourd’hui de­vant un juge d’ins­truc­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.