Pour le dé­clic, il fal­lait

En panne de­puis le dé­but des Jeux, les Bleus se sont ré­veillés hier dans le sillage des ca­va­liers. Une ma­gni­fique jour­née à 2 titres, 2 mé­dailles d’ar­gent et 1 de bronze, tout de même ter­nie par l’ex­plo­sion de l’équipe de France de na­ta­tion.

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Rio de Ja­nei­ro (Bré­sil) De nos en­voyés spé­ciaux S.B. S. L, E.M.

CLAUDE FRAN­ÇOIS n’avait pas men­ti, le lun­di au so­leil est quelque chose qu’on ne ver­ra ja­mais. Ce que Clo­clo n’avait en re­vanche pas pré­ci­sé c’est que le mar­di, lui, pou­vait être rayon­nant pour les Bleus. Hier, au qua­trième jour des Jeux de Rio, la dé­lé­ga­tion fran­çaise s’est en­fin mise à briller sous l’im­pul­sion de sau­tillants ca­va­liers de com­plet, la maî­trise de son ca­noë et la fraî­cheur de son ju­do.

« On n’avait pas per­du, confiance, tente d’as­su­rer De­nis Mas­se­glia, le pré­sident du CNOSF, tout sou­rire aux cô­tés du céiste en or De­nis Gar­gaud. On sa­vait qu’au­jourd’hui on avait un po­ten­tiel de six mé­dailles qui pou­vait don­ner le sou­rire à tout le monde. » Outre le titre de Gar­gaud, « tel­le­ment mé­ri­té tant la seule dif­fi­cul­té qu’il a eu dans sa car­rière s’ap­pe­lait Es­tan­guet (NDLR : le triple cham­pion olym­pique) », s’amuse Mas­se­glia, la dé­lé­ga­tion tri­co­lore s’est en­fin invitée sur les po­diums.

Ag­be­gne­nou, pre­mière mé­daille fé­mi­nine

La pre­mière bonne nou­velle en or est venue de Deo­do­ro où l’équipe de France de concours com­plet a rem­por­té l’or, douze ans après son der­nier sacre à Athènes. Com­po­sée d’As­tier Ni­co­las, Ka­rim La­ghouag, Thi­baut Val­lette et Ma­thieu Le­moine, l’équipe tri­co­lore et son to­tal de 169 points a de­van­cé l’Al­le­magne (172,80), te­nante du titre, et l’Aus­tra­lie (175,30). Moins d’une heure plus tard, As­tier Ni­co­las of­frait une nou­velle mé­daille à la dé­lé­ga­tion tri­co­lore en rem­por­tant l’ar­gent in­di­vi­duel. Ja­mais de­puis 1932 un ca­va­lier fran­çais n’était re­par­ti avec deux mé­dailles. Pour la pe­tite his­toire, si l’équi­ta­tion, fan­ny en 2012, a ou­vert le livre d’or 2016 de la dé­lé­ga­tion fran­çaise, le ca­va­lier de saut d’obs­tacles, Pierre Jon­quères d’Orio­la, l’avait re­fer­mé le der­nier jour aux Jeux de To­kyo, en 1964, of­frant in ex­tre­mis sa seule mé­daille d’or à la France.

Le ré­veil du ju­do, le sport aux sept mé­dailles à Londres et frus­tré après trois pre­mières jour­nées bien ternes, est ve­nu d’une jeune femme de 23 ans, aus­si brillante que bat­tante. Dans les tri­bunes de la Ca­rio­ca 2, à quelques mètres de la salle d’es­crime où Gau­thier Gru­mier a ter­mi­né la jour­née en bronze, les sup­por­teurs tri­co­lores, pan­cartes et dra­peaux dans les mains, ont en­fin re­trou­vé le sou­rire. Cla­risse Ag­be­gne­nou n’avait ja­mais par­ti­ci­pé aux Jeux olym­piques. La belle aux nattes rouges, est de­ve­nue une femme d’ar­gent, seule­ment bat­tue en fi­nale par la Slo­vène Ti­na Trs­ten­jak, a re­mis le ju­do fran­çais sur le droit che­min. Et, es­pé­rons-le, pas­sé le vi­rus au reste de la dé­lé­ga­tion tri­co­lore. Parce que le mer­cre­di au so­leil, c’est bien aus­si…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.