Ses chaus­sures de­viennent rol­lers

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - BÉ­NÉ­DICTE AGOUDETSÉ

ÇA ROULE pour Flo­rian Gra­vier, qui vient de dé­cro­cher le prix de la créa­tion au concours Ta­lents des ci­tés. Com­mer­cia­li­sés de­puis le 20 juin sur In­ter­net par son en­tre­prise Fla­neurz*, ses quatre mo­dèles de chaus­sures à rou­lettes amo­vibles dé­boulent dans les po­pu­laires ran­do-rol­lers pa­ri­siennes. Elles sont éga­le­ment l’un des ac­ces­soires phares de « C’est quoi cette fa­mille ? », co­mé­die qui sort au­jourd’hui sur les écrans, avec Ju­lie Gayet. Le prin­cipe est simple : vous choi­sis­sez l’un des mo­dèles Nike ou Adi­das pro­po­sés par Fla­neurz, « nous y ajou­tons On Wheelz, notre sys­tème bre­ve­té d’ac­croche-dé­croche », ex­plique Flo­rian. Ain­si vous pou­vez, avec la même ai­sance, mar­cher ou cou­rir avec vos bas­kets, puis glis­ser, sau­ter ou réa­li­ser des fi­gures acro­ba­tiques après avoir ac­cro­ché le châs­sis rou­lant, fa­cile à trans­por­ter. Et ce, en re­trou­vant les mêmes sen­sa­tions qu’avec des rol­lers tra­di­tion­nels.

A clip­ser sur des rou­lettes

« J’en rê­vais de­puis tout pe­tit, sou­rit le jeune créa­teur. Le rol­ler est mon moyen de dé­pla­ce­ment pré­fé­ré, bien plus rapide que le bus. Mais j’en avais as­sez de trans­por­ter mes rol­lers, lourds et en­com­brants, si je por­tais mes chaus­sures de ville. As­sez, aus­si, de me dé­chaus­ser et me re­chaus­ser sans cesse pour pas­ser de la marche à la glisse. » C’est ain­si que germe dans la tête de Flo­rian l’idée « deux en un » de chaus­sures à clip­ser ou dé­clip­ser sur des rou­lettes. « En 2013 et 2014, les élèves in­gé­nieurs de l’Ecole na­tio­nale su­pé­rieure des arts et mé­tiers (En­sam) et ceux de l’Ins­ti­tut na­tio­nal de po­do­lo­gie nous ont ai­dés, mes trois as­so­ciés et moi, à mettre au point le pro­to­type. » Pour fi­nan­cer son pro­jet, il a tra­vaillé un an en Suisse dans l’ hô­tel­le­rie. « Fla­neurz a aus­si bé­né­fi­cié d’une col­lecte par­ti­ci­pa­tive et d’aides à la créa­tion d’en­tre­prise. Nous ne sommes que deux sa­la­riés, as­sis­tés de sta­giaires pas­sion­nés, mais trois re­cru­te­ments sont en cours. »

Après avoir écou­lé les 300 paires qu’il ré­ser­vait à ceux qui ont sou­te­nu sa levée de fonds, Flo­rian, qui en pro­duit cinq à dix par jour, a dé­jà f ait 100 ventes de­puis l e 20 juin. « Notre ob­jec­tif est d’en écou­ler 1 000 d’ici à la fin 2016, puis à terme jus­qu’à 3 000 par an. » Le siège et l’ate­lier d’as­sem­blage de la pe­tite fa­brique sont ins­tal­lés de­puis 2015 à La Cour­neuve, en Seine-Saint-De­nis. Mais le jeune en­tre­pre­neur du Val-d’Oise n’ou­blie pas « son » Villiers-le-Bel. C’est là qu’il a confié aux travailleurs han­di­ca­pés de l’Esat des Tis­son­vil­liers la créa­tion de pièces mé­ca­niques. * www.fla­neurz.com.

Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), le 3 août. Flo­rian Gra­vier a mis en vente quatre mo­dèles de chaus­sures à rou­lettes amo­vibles, une al­ter­na­tive aux rol­lers tra­di­tion­nels.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.