Les Ro­mains changent tout

« Nos an­cêtres les Gau­lois… », pro­cla­maient au­tre­fois les livres d’his­toire. Sauf que d’autres peuples ont aus­si par­ti­ci­pé à la fon­da­tion de ce qui se­ra plus tard la France. Comme les Ro­mains.

Aujourd'hui en France - - VOTRE SOIRÉE TÉLÉVISION - ALEXIS PER­CHÉ

EN 51 AVANT J.-C., avec la red­di­tion du der­nier bas­tion gau­lois d’Uxel­lo­du­num, un an après la dé­faite d’Alé­sia, la Gaule n’est plus in­dé­pen­dante mais gal­lo-ro­maine… Une in­va­sion qui a com­plè­te­ment chan­gé, voire éra­di­qué, le mode de vie de nos an­cêtres. Tout com­mence en - 58 avec Jules Cé­sar et la guerre des Gaules. Sept dé­cen­nies après la pre­mière im­plan­ta­tion ro­maine sur le ter­ri­toire de l’ac­tuelle France, du cô­té de Narbonne, le conqué­rant joue sur les ri­va­li­tés entre les dif­fé­rentes tri­bus gau­loises et sou­met grâce à cette tac­tique l’en­semble de la Gaule en six ans.

« A cette époque, la Gaule est sim­ple­ment une zone géo­gra­phique di­vi­sée en trois par­ties n’ayant au­cun rap­port entre elles au ni­veau de la langue et de la cul­ture. Une soixan­taine de pe­tits Etats constam­ment en guerre les uns contre les autres font des pri­son­niers, qu’ils vendent comme es­claves aux Ro­mains », ex­plique Jean-Paul De­moule, ar­chéo­logue et pro­fes­seur à l’uni­ver­si­té Pa­ris-I.

La cul­ture gau­loise dis­pa­raît

En 52 avant J.-C., les Gau­lois forment ce­pen­dant une grande coalition re­grou­pant la plu­part des tri­bus dont Ver­cin­gé­to­rix, ori­gi­naire d’Avern (l’Auvergne ac­tuelle), est dé­si­gné chef. Mais ce­la ne suf­fit pas : les Gau­lois sont vain­cus. « C’est une in­va­sion très vio­lente, pour­suit le spé­cia­liste. On compte au moins 500 000 Gau­lois morts, sur une po­pu­la­tion es­ti­mée à 10 mil­lions de per­sonnes, plus 500 000 em­me­nés en es­cla­vage à Rome. » En quelques gé­né­ra­tions, les Gau­lois perdent com­plè­te­ment leur cul­ture, leur langue, leur re­li­gion, dont il ne reste qua­si­ment au­cune trace.

La Gaule reste ro­maine jus­qu’aux in­va­sions bar­bares. Pen­dant quatre cent soixante ans, les Ro­mains ont par­fai­te­ment in­té­gré le ter­ri­toire et sa po­pu­la­tion dans leur em­pire. De nou­velles struc­tures po­li­tiques et ad­mi­nis­tra­tives sont ap­pa­rues, les routes et les pay­sages re­des­si­nés, les vil­las — de grands do­maines agri­coles — ont pous­sé comme des cham­pi­gnons. Une vé­ri­table « ro­ma­ni­sa­tion » am­pli­fiée par le fait que les Gau­lois, à com­men­cer par leurs élites, s’ap­pliquent plus à imi­ter leurs vain­queurs qu’à conser­ver leurs tra­di­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.