L’éton­nante as­si­gna­tion du ré­fu­gié af­ghan

Aujourd'hui en France - - TERRORISME - T.B.

BLANCHI PAR LA JUSTICE mais tou­jours sus­pect aux yeux du mi­nis­tère de l’In­té­rieur. C’est la cu­rieuse si­tua­tion dans la­quelle se trouve un res­sor­tis­sant af­ghan de 30 ans as­si­gné à ré­si­dence à l’is­sue d’une garde à vue dont il était pour­tant res­sor­ti libre et vierge de toute poursuite. L’as­si­gna­tion est d’au­tant plus éton­nante qu’elle est jus­ti­fiée par la vo­lon­té que cet homme au­rait de… com­mettre un at­ten­tat-sui­cide. Des soup­çons ex­trê­me­ment graves qui ve­naient pour­tant d’être écar­tés par l’ins­ti­tu­tion ju­di­ciaire. Le jeune Af­ghan a dé­po­sé un ré­fé­ré li­ber­té pour de­man­der l’an­nu­la­tion de cette a s s i g nat i o n. L’ a udi e nce a lieu au­jourd’hui de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Ver­sailles (Yve­lines).

Pen­dant quatre jours, cet Af­ghan fut l’un des hommes les plus re­cher­chés du pays. Le 31 juillet, la gen­dar­me­rie dif­fuse une alerte le concer­nant. Se­lon une res­sor­tis­sante bri­tan­nique qui ex­plique avoir de la fa­mille en Af­gha­nis­tan, l e j eune homme, do­mi­ci­lié dans un foyer pa­ri­sien, se trou­ve­rait en France avec l’in­ten­tion de com­mettre un at­ten­tat-sui­cide. Dans le c on­texte act uel , l’in­for­ma­tion est prise au sé­rieux et l ’ homme ac­ti­ve­ment re­cher­ché. Il est fi­na­le­ment in­ter­pel­lé à Pa­ris ven­dre­di et pla­cé en garde à vue dans les lo­caux de la sec­tion an­ti­ter­ro­riste (SAT) de la bri­gade cri­mi­nelle de la PJ pa­ri­sienne.

Les en­quê­teurs vont pour­tant très ra­pi­de­ment le mettre hors de cause. Au­cun élé­ment ne per­met de cor­ro­bo­rer la me­nace évo­quée par la res­sor­tis­sante bri­tan­nique. Le jeune homme est donc re­lâ­ché dès le len­de­main, sans au­cune charge.

Mais, sa­me­di, il se voit no­ti­fier un ar­rê­té d’as­si­gna­tion à ré­si­dence. Le jeune homme, au­quel l’Of­fice fran­çais de pro­tec­tion des ré­fu­giés et apa­trides (Of­pra) a oc­troyé la pro­tec­tion sub­si­diaire, est contraint de de­meu­rer chez un proche dans les Yve­lines et de poin­ter trois fois par jour au com­mis­sa­riat. Mo­tif in­vo­qué par le mi­nis­tère de l’In­té­rieur : « Des in­for­ma­tions pré­cises et cir­cons­tan­ciées, por­tées à la connais­sance des ser­vices de po­lice, font état de sa vo­lon­té de com- mettre un at­ten­tat-sui­cide sur le sol fran­çais. » Des soup­çons que la garde à vue a pour­tant pré­ci­sé­ment le­vés.

« Cette as­si­gna­tion est aber­rante et in­quié­tante, dé­nonce Me Vic­tor Za­gu­ry, l’avo­cat de ce res­sor­tis­sant af­ghan qui plai­de­ra au­jourd’hui de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif. Si mon client était si dan­ge­reux, l’ins­ti­tu­tion ju­di­ciaire pren­drait les me­sures né­ces­saires. Or, en l’es­pèce, les en­quê­teurs ont es­ti­mé que ce risque était nul. Dans ces condi­tions, rien ne jus­ti­fie de le sou­mettre à une as­si­gna­tion en­core plus stricte que le plus sé­vère des contrôles ju­di­ciaires. » L’avo­cat en­vi­sage éga­le­ment de dé­po­ser plainte pour dé­non­cia­tion ca­lom­nieuse contre la Bri­tan­nique à l’ori­gine du si­gna­le­ment.

Re­lâ­ché de sa garde à vue sans au­cune charge Sé­cu­ri­té ren­for­cée dans les écoles

For­ma­tion des élèves de troi­sième aux « gestes qui sauvent » et au bre­vet de se­cou­riste « de tous les dé­lé­gués », sé­cu­ri­sa­tion des « es­paces vul­né­rables », exer­cices « at­ten­ta­tin­tru­sion », dont un avant la Tous­saint… Ces ins­truc­tions vi­sant à ren­for­cer la sé­cu­ri­té dans les écoles ont été don­nées fin juillet par les mi­nistres de l’In­té­rieur et de l’Edu­ca­tion na­tio­nale. Ren­dues pu­bliques hier, elles se­ront dé­taillées le 24 août. « Une at­ten­tion par­ti­cu­lière se­ra por­tée aux abords » des écoles pour « ren­for­cer la sur­veillance sur la voie pu­blique » et « évi­ter tout at­trou­pe­ment pré­ju­di­ciable à la sé­cu­ri­té des élèves », ajoute le texte. Les aca­dé­mies de­vront aus­si tes­ter l’en­voi d’une alerte par SMS aux écoles le jour de la pré­ren­trée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.