Le cas Paire exa­mi­né fin août

Aujourd'hui en France - - AUTOUR DES JEUX - Ar­naud Di Pas­quale, DTN ÉRIC BRUNA

claires.

La paire Ma­hut-Her­bert, n° 1 et 2 mon­diaux en double, est ve­nue ren­for­cer cette belle dy­na­mique en pre­nant l’eau dès le 1er tour… Tout ça avant le tour de force de Be­noît Paire, qui a réus­si à se faire « vi­rer » du vil­lage olym­pique lun­di soir pour « man­que­ments graves aux règles de vie du groupe » avant d’être éli­mi­né mar­di par l’Ita­lien Fo­gni­ni. « Je suis très content de par­tir, a lâ­ché l’Avi­gnon­nais. Les Jeux, ce n’est pas ce qu’on croit… »

Hier, le n° 32 mon­dial a mal­adroi­te­ment ten­té de faire amende ho­no­rable à tra­vers un com­mu­ni­qué. Ce­la ne lui évi­te­ra pas un rap­port du DTN Ar­naud Di Pas­quale qui se­ra exa­mi­né fin août de­vant le bu­reau fé­dé­ral de la FFT. « Il n’y a pas vrai­ment de ba­rème de sanc­tions, confie le DTN, lui­même an­cien médaillé de bronze aux JO de Syd­ney (2000), mais nous avons quelques le­viers… On ne peut pas mettre ses agis­se­ments sur le compte de la dif­fé­rence. Gaël (NDLR : Mon­fils) est aus­si un gar­çon dif­fé­rent. Et pour­tant, il res­pecte ses en­ga­ge­ments. »

Quelque part, Paire a pris les Bleus en otage. « Les Jeux, ce n’est pas une sé­lec­tion, pour­suit Di Pas­quale, qui n’avait donc pas la pos­si­bi­li­té de dis­qua­li­fier le joueur. On rem­plit des cri­tères spor­tifs ba­sés sur le clas­se­ment ATP et on doit res­pec­ter un rè­gle­ment. J e l u i a i po­sé plu­sieurs fois la ques­tion car il y avait des signes avant-cou­reurs. A par­tir du mo­ment où il s’est engagé à le res­pec­ter, on ne pou­vait pas ne pas le sé­lec­tion­ner. Le pro­blème, c’est qu’il a eu un double dis­cours. »

« Le pro­blème, c’est qu’il a eu un double dis­cours »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.