La Ligue 1 re­prend ses droits demain. Au-de­là du titre qui pa­raît une nou­velle fois pro­mis au PSG, de nom­breuses in­ter­ro­ga­tions en­tourent cette nou­velle sai­son...

FOOTBALL.

Aujourd'hui en France - - SPORTS -

BAS­TIA - PSG et Mo­na­co - Guin­gamp vont don­ner le coup d’en­voi de la Ligue 1 demain soir. Si la course au titre semble (en­core) dé­nuée de tout sus­pense, cette sai­son s’ouvre avec son lot d’in­ter­ro­ga­tions. Mar­seille, Lyon, l’après-Ibra, l’ef­fet Eu­ro 2016, les pro­mus : dix per­son­na­li­tés du football ré­pondent à nos ques­tions. Pa­ris va-t-il écra­ser le cham­pion­nat ? Luis Fer­nan­dez, consul­tant BeIN Sports. « On es­père tous un peu de sus­pense mais quand on voit les in­ten­tions d’Unai Eme­ry et les pres­ta­tions d’une équipe qui n’est même pas en­core au com­plet… on se dit que c’est i mpos­sible pour l es autres de ri­va­li­ser. Si Lyon est au même ni­veau qu’en fin de sai­son dernière, il peut es­pé­rer faire le match mais jus- qu’à quand ? Et puis, on dé­jà vu la dif­fé­rence lors du tro­phée des cham­pions… Pa­ris va sur­vo­ler le cham­pion­nat mais s’il est dé­jà as­su­ré du titre à la 20e jour­née, ce­la risque d’être un peu tris­tou­net… » L’OM est-il re­par­ti pour une sai­son ga­lère ? Eric Roy, consul­tant BeIN Sports. « Ça ne se pré­sente pas très bien. Ce­la n’a pas dû être fa­cile pour Franck Pas­si de gé­rer la pré­pa­ra­tion entre ces joueurs par­tis, ceux qui ar­ri­ve­ront peut-être mais pas en­core là. Sans par­ler de la vente du club . Mar­seille pour­ra peut-être réa­li­ser une sai­son cor­recte et fi­nir dans l e s six-sept pre­miers. Mais je ne pense pas que ce se­ra aus­si ga­lère. Sur­tout parce que, cette fois- ci, les j oueurs, les sup­por­teurs sont pré­pa­rés à vivre des mois dif­fi­ciles. Et psy­cho­lo­gi­que­ment, ça change t out. L’ ét é der­nier, l a sai­son avait bien com­men­cé. Mais tout s’est écrou­lé dès la pre­mière jour­née avec cette dé­mis­sion (NDLR : de l’en­traî­neur Mar­ce­lo Biel­sa). On s’at­tend à une an­née com­pli­quée, mais c’est sou­vent là où elle se ré­vèle plus simple que pré­vue. » Lyon peut-il jouer sur plu­sieurs ta­bleaux ? Ray­mond Do­me­nech, consul­tant Eu­rope 1. « Oui. Il y a une forme de sta­bi­li­té qu’il n’y avait pas l ’ an der­nier. Cert ai ns j oueurs avaient très mal vé­cu leur pro­mo­tion. Ce­la avait coû­té six mois ca­tas­tro­phiques et la tête de l’en­traî­neur. Dé­sor­mais, il faut que les joueurs jus­ti­fient leur sta­tut. Il y a un ef­fec­tif suf­fi­sant pour jouer les dif­fé­rentes com­pé­ti­tions à fond. Après une crise de crois­sance, l’ex­pé­rience est là, il n’y a pas de pro­blème de dé­part qui pour­rit l’ef­fec­tif. Main­te­nant, il va fal­loir gé­rer la concur­rence, mais c’est une an­née pour faire quelque chose de bien… à con­di­tion que La­ca­zette reste. » Qui fi­ni­ra meilleur bu­teur ? Omar Da Fon­se­ca, consul­tant BeIN Sports. « Ca­va­ni et La­ca­zette ex ae­quo ! Si Di Ma­ria et Ben Ar­fa se mettent dans un rôle de pas­seur et que Ca­va­ni se li­bère, il peut fa­ci­le­ment mettre plus de 20 buts. En plus, il va dé­sor­mais ti­rer les pé­nal­tys et ne se­ra plus gê­né par l ’ om­ni­pré­sence d’Ibra­hi­mo­vic. Mais La­ca­zette est aus­si ca­pable de mar­quer au­tant de buts. Et plus il en mar­que­ra, plus ce­la équi­li­bre­ra le cham­pion­nat ( sou­rire). Mais c’est aus­si parce que je crois à l’as­so­cia­tion La­ca­zette-Fe­kir. Il y a une com­pli­ci­té entre eux, une même fa­çon de sen­tir le football. Par leurs ap­pels, les une-deux, ils ont une re­la­tion de n° 9 et n° 10 à l’an­cienne. A eux deux, ils peuvent faire mal. » Quelle se­ra la star ? Elie Baup, consul­tant BeIN Sports. « La star de la Ligue 1, c’est le PSG et je trouve qu’An­gel Di Ma­ria ressort. On l’a en­core vu lors du Tro­phée des cham­pions contre Lyon (4-1) où il a été éblouis­sant. Quand il est ar­ri­vé, c’était pour ai­der Pa­ris à ga­gner une Ligue des cham­pions mais il était fa­ta­le­ment dans l’ombre d’un Ibra­hi­mo­vic qui fait par­tie des joueurs les plus connus du monde avec Cris­tia­no, Mes­si, Ney­mar, Roo­ney… Di Ma­ria ne fait pas par­tie de cette ca­té­go­rie mais dé­sor­mais, il sort du lot car il est ca­pable de gestes spec­ta­cu­laires à tout mo­ment. Il a une vis­ta in­croyable, un coup d’oeil et une tech­nique ma­gni­fique. »

Bru­no Chey­rou, consul­tant BeIN Sports. « Le Guin­gamp d’An­toine Kom­boua­ré peut jouer les trouble-fête. De­puis quelques an­nées, Jo­ce­lyn Gour­ven­nec a cons­truit en Bre­tagne une base très so­lide et je pense que Kom­boua­ré, avec son ex­pé­rience et sa ca­pa­ci­té à op­ti­mi­ser le po­ten­tiel d’un groupe, peut le me­ner en­core plus haut. Gour­ven­nec à Bor­deaux est aus­si un peu dans cette si­tua­tion. Il hé­rite d’un bon groupe et avec sa ri­gueur, son sens tac­tique et l’ap­port de re­crues comme Jé­ré­my Tou­la­lan et Jé­ré­my Mé­nez, leur par­cours peut être très in­té­res­sant. »

Le Lyon­nais La­ca­zette vou­dra ter­mi­ner meilleur bu­teur de la Ligue 1, comme en 2015.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.