Le feu a fait des ra­vages

IN­CEN­DIE. Après une nuit d’an­goisse, les ha­bi­tants de l’ag­glo­mé­ra­tion nord de Mar­seille ont dé­cou­vert hier ma­tin les dé­gâts pro­vo­qués par le gi­gan­tesque si­nistre.

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Vi­trolles (Bouches-du-Rhône) De notre en­voyé spé­cial N.J.

IL Y A les termes tech­niques, ces feux « hors de contrôle », puis « fixés » ou « maî­tri­sés ». Et il y a la réa­li­té. Cette lueur d’un orange dia­bo­lique qui a lé­ché les portes de Mar­seille. La fu­mée, dont l’odeur s’est ins­tal­lée plu­sieurs heures de Vi­trolles jus­qu’au coeur de la ci­té pho­céenne.

Du ja­mais-vu de­puis 2009. Hier en­core, plu­sieurs cen­taines de pom­piers ve­nus de toute la France — dont 9 5 d’ I l e - de- Fr a nce — étaient mo­bi­li­sés. Ils étaient près de 3 000 sur le pont dans les Bou­ches­du-Rhône dans la nuit de mer­cre­di à jeu­di, au­tant que le nombre d’hec­tares par­tis en fu­mée d’une gar­rigue des­sé­chée par des mois sans pluie.

Grâce à leur en­ga­ge­ment face aux murs de flammes, au­cun dé­cès n’a été à dé­plo­rer. Trois per­sonnes ont tou­te­fois été vic­times de brû­lures, dont une griè­ve­ment tou­chée, et une ving­taine de sol­dats du feu in­com­mo­dés par les gaz.

Si la ma­jo­ri­té des 500 éva­cués ont pu re­ga­gner hier leur do­mi­cile, au moins une ving­taine d’ha­bi­ta­tions ont été dé­truites, ain­si que le ly­cée Ara­gon des Pennes-Mi­ra­beau. De nom­breux lo­caux pro­fes­sion­nels res­taient par ailleurs hors d’usage. Constat amer, donc, d’au­tant plus que l’ori­gine cri­mi­nelle du si­nistre ne fait guère de doute. Un homme au com­por­te­ment sus­pect a été in­ter­pel­lé près de Vi­trolles, dont l’en-

« C’était l’in­cen­die ou nous »quête de­vra dire s’il est un py­ro­mane. « C’est une main hu­maine qui a fait ça », s’in­digne une Vi­trol­laise, fille de pom­pier. « Que le feu parte presque en même temps à Fos et à Ro­gnac, ce­la pose ques­tion… » « Nous re­trou­ve­rons les au­teurs », a pro­mis Fran­çois Hollande.

En at­ten­dant, hé­li­co­ptères et Ca­na­dair conti­nuaient, hier, à noyer le pay­sage sous des mil­liers de litres d’eau et de re­tar­da­teurs, ap­pe­lant d’autres in­ter­ro­ga­tions. A la suite d’un in­ci­dent tech­nique il y a dix jours, six Ca­na­dair sur douze étaient im­mo­bi­li­sés, avant de re­prendre pro­gres­si­ve­ment du ser­vice. « Mer­cre­di, il n’y en avait pas as­sez, fus­tige un ha­bi­tant des Pennes-Mi­ra­beau. Si plus d’avions avaient été engagés plus pré­co­ce­ment, le feu au­rait été maî­tri­sé beau­coup plus tôt. »

En tout état de cause, porté par le mis­tral, le feu a par­cou­ru le re­lief jus­qu’à Mar­seille, obli­geant la fer­me­ture pro­vi­soire de l’aé­ro­port de Ma­ri­gnane, et sur­tout celle de l’A 7, gé­né­rant des bou­chons monstres dans le sec­teur. « Du ja­mais­vu », se­lon Jo­sé, un chauf­feur de taxi. Hier soir, beau­coup crai­gnaient une re­prise, à me­sure que le vent for­cis­sait et que la nuit tom­bait. Dans le même temps, un autre foyer conti­nuait à se pro­pa­ger, cette fois dans les Py­ré­nées-Orien­tales.

L’ori­gine cri­mi­nelle du si­nistre ne fait guère de doute

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.