Sar­ko­zy veut (en­core) mo­di­fier le droit du sol

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - V.H.

DANS LA TOR­PEUR du mois d’août, Ni­co­las Sar­ko­zy a re­lan­cé, hier, le dé­bat sur le droit du sol. Pas ques­tion pour le pa­tron des Ré­pu­bli­cains de le sup­pri­mer, mais plu­tôt de le mo­di­fier afin que ce droit ne soit plus au­to­ma­tique. « Il fau­dra créer une pré­somp­tion de na­tio­na­li­té, per­met­tant de ne pas at­tri­buer la na­tio­na­li­té à quel­qu’un qui au­rait un ca­sier ju­di­ciaire à sa ma­jo­ri­té ou dont on pour­rait prou­ver que ses pa­rents étaient en si­tua­tion ir­ré­gu­lière au mo­ment de la nais­sance », mar­tèle le presque can­di­dat à la pri­maire dans les co­lonnes de « Va­leurs ac­tuelles ». L’idée n’est pas nou­velle. En sep­tembre, lors d’une conven­tion or­ga­ni­sée par les Ré­pu­bli­cains sur la po­li­tique d’im­mi­gra­tion, cette pro­po­si­tion avait dé­jà été for­mu­lée. Et elle avait été in­té­grée dans le pro­jet du par­ti, adop­té le 2 juillet. Ni­co­las Sar­ko­zy la re­met donc sur le de­vant de la scène. Moins de deux se­maines avant son entrée en cam­pagne pour la pri­maire, ce­la lui per­met de se sin­gu­la­ri­ser par rap­port à Fran­çois Fillon et Bruno Le Maire, qui ne veulent pas tou­cher au droit du sol, et Alain Jup­pé, moins ca­té­go­rique. Et de mettre la ques­tion de l’iden­ti­té, qui sera cen­trale dans sa cam­pagne, au coeur des dé­bats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.