Si­lence sur l’en­quête

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS -

L’en­quête pro­gresse, mais en si­lence. Peu ba­vard de­puis le dé­but des in­ves­ti­ga­tions, le par­quet de Rouen a an­non­cé hier l’ou­ver­ture, dès le soir du drame, d’une in­for­ma­tion ju­di­ciaire pour ho­mi­cides in­vo­lon­taires par vio­la­tion ma­ni­fes­te­ment dé­li­bé­rée d’une obli­ga­tion de sé­cu­ri­té. En clair, le pro­cu­reur sug­gère que le drame puisse être la consé­quence d’une né­gli­gence des res­pon­sables de l’éta­blis­se­ment quant au res­pect des normes de sé­cu­ri­té. Les­quelles ? Sur ce point comme sur d’autres, le par­quet n’a pas don­né suite à nos ap­pels. Les deux juges d’ins­truc­tion dé­si­gnés s’ap­puie­ront no­tam­ment sur les conclu­sions de l’ex­pert en in­cen­die dé­pê­ché dès sa­me­di sur les lieux du si­nistre, qui de­vait rendre hier ses conclu­sions. Lun­di, la pré­fec­ture avait in­di­qué que le Cu­ba libre, par sa faible ca­pa­ci­té d’ac­cueil, n’était pas sou­mis à des contrôles de sé­cu­ri­té, ni lors de son ou­ver­ture ni après. Les ser­vices de l’Etat avaient par ailleurs adres­sé deux aver­tis­se­ments au bar en 2007 et 2008, le pre­mier pour une ou­ver­ture trop tar­dive, le se­cond pour un ta­page noc­turne. Le maire PS de Rouen, Yvon Ro­bert, a es­ti­mé qu’il fal­lait re­voir la lé­gis­la­tion, an­non­çant le lan­ce­ment d’une « vaste ré­flexion sur l’amé­lio­ra­tion des pro­cé­dures de sur­veillance, de dé­cla­ra­tion de tra­vaux, d’ou­ver­ture et d’ex­ploi­ta­tion de ces éta­blis­se­ments ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.