« Il était temps que ça tombe »

Franck Sol­fo­ro­si,

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Rio Pro­pos re­cueillis par É.M.

HA­BI­TUÉ DES PO­DIUMS à chaque Olym­piade, l’avi­ron a dé­blo­qué son comp­teur hier grâce au bronze du quatre sans bar­reur poids lé­ger, com­po­sé de Franck Sol­fo­ro­si, Tho­mas Ba­roukh, Guillaume Rai­neau et Thi­bault Co­lard.

« Cette mé­daille est une grande fier­té. J’at­ten­dais ça, cette ex­tra­or­di­naire mé­daille, de­puis si long­temps ! A Pé­kin, j’avais fait 4e et à Londres, 7e. Il était temps que ça tombe. Je suis heu­reux, vrai­ment très très très heu­reux. Je me suis dit en mon­tant dans le ba­teau pour la fi­nale que c’était vrai­ment le mo­ment où ja­mais. Pour ga­gner la mé­daille une fois dans ma vie, c’était là. J’ai juste en­vie de sa­vou­rer et de pro­fi­ter. On a abor­dé la fi­nale avec en­vie et dé­ter­mi­na­tion. On avait eu un dé­but de com­pé­ti­tion dif­fi­cile, une pré­pa­ra­tion pas évi­dente mais on avait ter­mi­né troi­sièmes des Cham­pion­nats d’Eu­rope. On sa­vait qu’on avait les moyens d’al­ler cher­cher le po­dium. On a tout mis pour ça. Sur la fi­nale, c’était com­pli­qué. Les ba­teaux suisse et da­nois étaient plu­tôt loin de­vant. Je ne sais pas s’ils sont meilleurs que nous en gé­né­ral mais, sur la fi­nale, ils étaient plus forts. Nous n’avons au­cun re­gret à avoir par rap­port à notre stra­té­gie de course. On a fait ce qu’il fal­lait, du pre­mier coup de rame jus­qu’au der­nier. Non vrai­ment, il n’y a rien à re­gret­ter. On a la mé­daille de bronze, c’est juste par­fait. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.