En août, Paris en pro­fite pour faire son ci­né­ma

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - Mi­chel Go­mez, di­rec­teur de la mis­sion ci­né­ma de la mai­rie de Paris BE­NOÎT HASSE

« AL­LEZ, on fait le si­lence par­tout s’il vous plaît ! Moteur… Ça tourne. » Pas de pro­me­neurs ce jeu­di sur le tron­çon de l’ex-ligne de pe­tite cein­ture ou­vert au pu­blic dans le XVe ar­ron­dis­se­ment de Paris. Ils ont été ex­cep­tion­nel­le­ment rem­pla­cés par une bonne cin­quan­taine de tech­ni­ciens du ci­né­ma qui s’ac­tivent au­tour de mon­ceaux de ma­té­riel et d’élé­ments de dé­cor.

Ni­co­las Ba­ry (le réa­li­sa­teur des « En­fants de Tim­pel­bach » et d’« Au bon­heur des Ogres ») a po­sé ses ca­mé­ras le temps d’une jour­née dans ce lieu pu­blic mis à dis­po­si­tion par la mai­rie de Paris pour tour­ner une scène de son pro­chain film, « le Pe­tit Spi­rou ». Le long-mé­trage — adap­té de la BD du même nom sur l’en­fance de Spi­rou, le pe­tit groom ami de Fan­ta­sio — por­te­ra à l’écran Fran­çois Da­miens et Pierre Ri­chard dans les se­conds rôles… et des en­fants dans les pre­miers.

Le film ne sor­ti­ra en salle que dans pl us d’ un an ( mi- oct obre 2017). Mais il est fil­mé, en ban­lieue et dans la ca­pi­tale, dès ce mois d’août : pour pro­fi­ter des va­cances sco­laires, seule pé­riode du­rant la­quelle les jeunes ac­teurs sont au­to­ri­sés à tra­vailler. Mais aus­si pour bé­né­fi­cier du dé­cor na­tu­rel de la ca­pi­tale quand les rues sont les plus dé­sertes.

« L’aug­men­ta­tion du nombre de tour­nages du­rant l’été est lo­gique », ex­plique Mi­chel Go­mez, le di­rec­teur de la mis­sion ci­né­ma, mise en place par la mai­rie de Paris pour at­ti­rer les pro­fes­sion­nels du 7e art dans la ca­pi­tale. « Avec la pré­fec­ture de po­lice (co­ges­tion­naire des au­to­ri­sa­tions de tour­nage), nous in­ci­tons les ci- néastes, no­tam­ment les grosses pro­duc­tions part i c ul i è r e ment com­plexes, à pri­vi­lé­gier le mois d’août », note Mi­chel Go­mez, en ci­tant en exemple « le Re­dou­table », le film de Mi­chel Ha­za­na­vi­cius qui né­ces­site des fer­me­tures de rues.

Sur la ligne de pe­tite cein­ture, la « lo­gis­tique » est moins lourde. La scène tour­née — le pe­tit Spi­rou in­vite sa co­pine Su­zette dans une ca­bane aux airs de wa­gon de train qu’il a construit pour la sé­duire — n’a pas né­ces­si­té de gros amé­na­ge­ments.

« Je cher­chais un lieu avec des rails, de la ver­dur e mai s o ù o n sent quand même la pré­sence de la ville. La pe­tite cein­ture est par­faite pour ce­la », se fé­li­cite Ni­co­las Ba­ry. « Et comme nous sommes en pleine ville, c’est plus pra­tique pour ache­mi­ner le ma­té­riel de tour­nage », com­plète Na­tha­naël Le Combe, pro­duc­teur du film.

Der­rière eux, les prises s’en­chaînent. L’équipe de tour­nage n’a pas à com­po­ser avec des ba­dauds qui pas­se­raient dans le champ des ca­mé­ras. Un hé­li­co­ptère qui sur­vole le sec­teur à plu­sieurs re­prises donne en re­vanche du fil à re­tordre à l’in­gé­nieur du son. Il fau­dra re­faire une nou­velle prise…

« L’aug­men­ta­tion du nombre de tour­nages du­rant l’été est lo­gique »

An­cienne ligne de pe­tite cein­ture, sous la rue Oli­vier de Serres (Paris, XVe), hier. Le réa­li­sa­teur Ni­co­las Ba­ry tourne ac­tuel­le­ment « le Pe­tit Spi­rou » qui sor­ti­ra à la mi-oc­tobre 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.