4. La com­pa­rai­son avec Adel Ker­miche est-elle per­ti­nente ?

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Mes Na­tha­lie To­ma­si­ni et Ja­nine Bo­nag­giun­ta

Beau­coup, à com­men­cer par les avo­cates de Jac­que­line Sau­vage, sont ten­tés de faire le rac­cour­ci. Adel Ker­miche, l’un des as­sas­sins du père Ha­mel à Saint-Etienne-duRou­vray (Seine-Ma­ri­time), avait bé­né­fi­cié d’une re­mise en li­ber­té contre l’avis du par­quet. « Jac­que­line Sau­vage a été mal­trai­tée pen­dant près de cin­quante ans […] Mais alors, qui faut-il être en France pour être li­bé­ré ? Faut-il être un ter­ro­riste, faut-il être ar­mé et égor­ger des prêtres ? » se sont de­man­dé Mes Na­tha­lie To­ma­si­ni et Ja­nine Bo­nag­giun­ta. Même si la proxi­mi­té des deux évé­ne­ments in­ter­roge lé­gi­ti­me­ment l’opi­nion pu­blique, les deux si­tua­tions sont ju­ri­di­que­ment très dif­fé­rentes. Adel Ker­miche n’était « que » mis en exa­men, c’est-à-dire qu’il n’avait pas en­core été ju­gé. En l’es­pèce, le Code de pro­cé­dure pé­nale pré­cise que la li­ber­té est la règle et le pla­ce­ment en dé­ten­tion pro­vi­soire l’ex­cep­tion. En outre, même s’il était mis en cause dans une pro­cé­dure ter­ro­riste pour avoir vou­lu se rendre à deux re­prises en Sy­rie, son cas re­le­vait du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel et non de la cour d’as­sises. L’in­car­cé­ra­tion pré­ven­tive de ce jeune tout juste ma­jeur n’au­rait de toute fa­çon pas pu s’éter­ni­ser. Quant à Jac­que­line Sau­vage, il s’agit d’une dé­ci­sion re­le­vant de l’ap­pli­ca­tion des peines, c’est-àdire après la condam­na­tion, ren­due par un tri­bu­nal col­lé­gial.

« Qui faut-il être pour être li­bé­ré ? Faut-il être un ter­ro­riste, faut-il être ar­mé et égor­ger des prêtres ? »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.