De­vi­nez le point com­mun entre Ri­bé­ry et Oba­ma…

MI­NO­RI­TÉ. Ils se­raient plus in­tel­li­gents mais vi­vraient moins vieux. La Jour­née in­ter­na­tio­nale des gau­chers est l’oc­ca­sion de re­ve­nir sur quelques idées re­çues.

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - JILA VAROQUIER

ELLE EST NÉE EN 1976 pour sen­si­bi­li­ser l’opi­nion pu­blique sur les dif­fi­cul­tés des gau­chers. Ce sa­me­di 13 août, la Jour­née in­ter­na­tio­nale des gau­chers est l’oc­ca­sion de re­ve­nir sur quelques-unes des idées re­çues qui les en­tourent, dans un monde do­mi­né par les droi­tiers.

On naît gau­cher

PRO­BA­BLE­MENT VRAI. La science n’a pas ré­so­lu le mys­tère mais, à ce jour, l’hé­ré­di­té semble un fac­teur dé­ter­mi­nant : de 10 à 17 % d’en­fants se­ront gau­chers si l’un des pa­rents l’est, 46 %, si les deux le sont. La po­si­tion du foe­tus dans le ventre pour­rait aus­si en­trer en ligne de compte : si l’oreille droite est orien­tée vers l’ex­té­rieur, l’hé­mi­sphère droit se­rait plus sti­mu­lé et donc l’en­fant de­vien­drait gau­cher. On ob­serve d’ailleurs chez les ju­meaux une plus forte pro­por­tion de gau­chers, peut-être en rai­son de la po­si­tion des foe­tus.

Le cer­veau fonc­tionne dif­fé­rem­ment chez les gau­chers

VRAI. Le cer­veau est di­vi­sé en deux par­ties : la droite com­mande les membres de gauche et in­ver­se­ment. On est gau­cher ou droi­tier, se­lon que l’un ou l’autre des hé­mi­sphères a pris le des­sus. Des études ont aus­si mon­tré que, chez les gau­chers, les deux hé­mi­sphères com­mu­niquent plus entre eux.

On peut être gau­cher du pied mais pas de la main

VRAI. Le foot­bal­leur Mes­si tire du pied gauche mais écrit de la main droite. De même que pour les yeux. Les am­bi­dextres se­raient des gau­chers contra­riés. Mais, là en­core, la science n’est pas ca­té­go­rique.

Les gau­chers sont de meilleurs spor­tifs

VRAI. Pour des sports comme le ten­nis, l’es­crime ou le ping-pong, « le temps de ré­ac­tion est moins long chez les gau­chers, en­core plus si leur oeil droit est di­rec­teur », dé­taille Alain Ga­lo­bar­dès, créa­teur du site Les­gau­chers.com. Les gau­chers peuvent aus­si trou­bler leur ad­ver­saire par ce jeu de mi­roir.

Les gau­chers sont plus in­tel­li­gents que les autres

FAUX. Certes, ils comptent dans leurs rangs Léo­nard de Vin­ci, Al­bert Ein­stein, Bee­tho­ven, Paul McCart­ney, Ba­rack Oba­ma, Franck Ri­bé­ry ou Sig­mund Freud. Mais au­cune étude n’a dé­mon­tré une in­tel­li­gence ac­crue chez les uns ou les autres. Tou­te­fois, l’hé­mi­sphère do­mi­nant chez les gau­chers, le droit, est aus­si ce­lui des fonc­tions d’ana­lyse spa­tiale ou ar­tis­tique. Il peut ex­pli­quer une pré­dis­po­si­tion aux ac­ti­vi­tés liées à ces fonc­tions. Cer­tains gau­chers, mal à l’aise avec une écri­ture de droite à gauche, se tournent aus­si vers le des­sin parce qu’ils sont libres de com­men­cer par le haut ou la gauche. Et le fait d’être à contre-cou­rant les contraint à dé­ve­lop­per cer­taines com­pé­tences pour s’adap­ter.

Les gau­chers ne sont plus contra­riés comme avant

FAUX. Bien que l’on ne leur at­tache plus la main dans le dos pour les for­cer à écrire avec la droite, les gau­chers vivent en­core dans un monde hos­tile : « J’évite d’écrire au ta­bleau, puisque j’ef­face ce que je viens d’écrire, ra­conte Clé­men­tine, 35 ans, gau­chère. Per­sonne ne veut man­ger à cô­té de moi puisque je les em­bête avec mon coude. Sans men­tion­ner les poi­gnées de porte du mau­vais cô­té, les tour­ni­quets dans le mé­tro où on a en­vie de mettre le ti­cket à gauche sauf qu’il ouvre le por­tillon voi­sin, etc. » Et si cer­tains pro­duits se dé­clinent pour gau­chers, ils sont sou­vent plus chers : « Le jour où on ou­blie son us­ten­sile, on est per­du, dit Clé­men­tine. Mieux vaut en­core s’adap­ter. Même si, du coup, on fait tout mal. »

Les gau­chers vivent moins vieux que les droi­tiers

FAUX. Les études réa­li­sées dans les an­nées 1980 et 1990 ont été r emises en cause. « Tou­te­fois, les contra­rié­tés ré­pé­tées peuvent gé­né­rer du stress, et donc ré­duire l’es­pé­rance de vie », pour­suit Alain Ga­lo­bar­dès. « Les ou­tils de bri­co­lage, par exemple, existent en­core peu pour les gau­chers. Ce­la est par­fois très dan­ge­reux », es­time Pierre-Mi­chel Ber­trand, au­teur du « Nou­veau Dic­tion­naire des gau­chers ».

Les gau­chers ne re­pré­sentent pas plus de 15 % à 16 % des Fran­çais

VRAI. Ils sont une mi­no­ri­té « et, comme toutes les mi­no­ri­tés, ils su­bissent les re­gards dé­dai­gneux de la ma­jo­ri­té, sou­ligne Pier­reMi­chel Ber­trand. Le terme même de gau­che­rie sym­bo­lise ce mé­pris ». Dé­jà, les textes bi­bliques qua­li­fient la ma i n g a u c h e d e « pro­fane » ou de main du pé­ché.

Franck Ri­bé­ry (à gauche) et Ba­rack Oba­ma (ci-des­sus) comptent par­mi les gau­chers cé­lèbres, tout comme le gui­ta­riste Ji­mi Hen­drix (à droite) et l’ac­trice An­ge­li­na Jo­lie (ci-des­sous).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.