Une loi né­ces­saire pour al­ler plus loin

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - E.P.

Le mi­nis­tère de l’In­té­rieur planche sur les mo­da­li­tés pra­tiques de l’ano­ny­mi­sa­tion des agents dans les pro­cé­dures ju­di­ciaires ré­cla­mée par les syn­di­cats pro­fes­sion­nels. Au­cune dé­ci­sion n’est prise, mais la piste pri­vi­lé­giée consis­te­rait à étendre cette me­sure à toutes les af­faires ju­di­ciaires et pas seule­ment à la lutte antiterroriste. Pour l’heure, seuls les ser­vices spé­cia­li­sés y ont re­cours. A l’ave­nir, chaque fonc­tion­naire uti­li­se­rait son RIO — le nu­mé­ro d’iden­ti­fiant fi­gu­rant sur les uni­formes de­puis 2014 — et ne si­gne­rait plus avec ses nom et pré­nom. Cette op­tion « haute », com­pa­rable à ce qui se fait en Es­pagne, pour­rait sa­tis­faire les syn­di­cats mais n’apla­ni­rait pas toutes les dif­fi­cul­tés. Pour être ef­fi­cace, cet ano­ny­mat de­vra en ef­fet s’étendre à d’autres ac­ti­vi­tés opé­ra­tion­nelles. Sous quel nom, par exemple, ré­ser­ver les chambres d’hô­tel lors des mis­sions ? Plus gé­né­ra­le­ment, ce prin­cipe semble contra­dic­toire avec le sou­ci cons­tant des gou­ver­ne­ments suc­ces­sifs, no­tam­ment à gauche, de­puis des dé­cen­nies : rap­pro­cher les forces de l’ordre de la po­pu­la­tion. « Nous de­vrons en pas­ser par la loi », sou­ligne un ac­teur de ce dos­sier pi­lo­té par le mi­nis­tère de la Jus­tice. Ce qui risque de po­ser un problème de ca­len­drier par­le­men­taire à neuf mois de l’élec­tion pré­si­den­tielle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.