Lyon, 100 mil­lions made in Chi­na

OL.

Aujourd'hui en France - - SPORTS - YVES LEROY

LA DER­NIÈRE RE­CRUE de l’Olympique lyon­nais ré­pond au nom d’IDG Ca­pi­tal Part­ners. Il s’agit d’un énorme fonds d’in­ves­tis­se­ment chi­nois qui pos­sède des par­ti­ci­pa­tions dans 450 so­cié­tés de la té­lé­pho­nie, d’In­ter­net, de la sant é, du t ou­risme… I l va ver­ser 100 M€ au club pour ac­qué­rir 20 % de son ca­pi­tal. Une opé­ra­tion qui va sur­tout per­mettre à l’OL de fi­nan­cer son stade et de ré­duire ses dettes.

« On cher­chait de­puis long­temps « L’ob­jec­tif n’est pas de se ser­vir de des in­ves­tis­seurs qui nous laissent cet ar­gent sur le mar­ché des trans­la main sur la po­li­tique spor­tive du ferts, pré­vient le pré­sident lyon­club, ex­plique Jean-Mi­chel Au­las. nais. En tout cas pas cette an­née. On va dé­fi­nir une stra­té­gie de dé­veLe but est de re­fi­nan­cer com­plè­te­lop­pe­ment pour toute l’Asie. Ils ment le stade et d’avoir un ni­veau vont s’in­té­res­ser à notre mar­ke­ting de dette ex­trê­me­ment pré­sen­table. glo­bal. Au ni­veau spor­tif, c’est pluG­râce à cette opé­ra­tion, on va amé­tôt nous qui al­lons les ai­der, en par­lio­rer notre compte d’ex­ploi­ta­tion. ti­cu­lier dans leurs in­ves­tis­se­ments On était à 265 mil­lions d’en­det­teen Chine. » IDG pèse 7,7 Mds$, se­ment et on va tom­ber à 165 mil­lon « Chi­na To­day », et s’ins­talle à lions. A 7 % de taux d’in­té­rêt, ce­la Lyon « sur le long terme ». Il va re­pré­sente une éco­no­mie de 7 M€ aus­si créer avec l’OL une so­cié­té par an. »

En bref com­mune pour dé­ve­lop­per le mar­ke­ting du club et créer des aca­dé­mies en Chine, à Hong­kong, Ma­cao et Taï­wan. Le fonds dis­po­se­ra de deux des qua­torze sièges du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion et au­ra aus­si vo­ca­tion à ai­der l’OL à trou­ver de nou­veaux par­te­naires pour ré­sor­ber la dette de son stade, qui lui coûte très cher.

L’ar­gent ne se­ra pas uti­li­sé pour le mer­ca­to

Cette opé­ra­tion va­lo­rise l’OL à 755 M€, une fois les dettes ré­glées. L’OL a aus­si dé­ci­dé de tem­po­ri­ser la fi­na­li­sa­tion de son na­ming, en bonne voie avec un in­ves­tis­seur fran­çais, pour ou­vrir la porte à une éven­tuelle offre su­pé­rieure ve­nue de Chine.

Jean-Mi­chel Au­las, qui cri­tique chaque se­maine les fonds qa­ta­riens du PSG, af­firme que les deux af­flux fi­nan­ciers ne sont pas com­pa­rables : « Ça n’a rien à voir. Le fi­nan­ce­ment par des fonds d’Etat qa­ta­riens est en dé­ca­lage avec l’éco­no­mie li­bé­rale d’un cham­pion­nat de Ligue 1 en France. Ici, on est dans un in­ves­tis­se­ment ca­pi­ta­lis­tique. C’est de l’éco­no­mie réelle qui per­met de per­du­rer, pas du vir­tuel. »

Même si, on l’a com­pris, Lyon ne va pas re­cru­ter Ney­mar et Mes­si, JMA pro­met que cette pe­tite ré­vo­lu­tion fe­ra à terme de l’OL un concur­rent du PSG : « On le de­vien­dra d’ici deux ou trois ans. »

Jean-Mi­chel Au­las, le pré­sident de l’Olympique lyon­nais, compte sur l’ap­port fi­nan­cier du fonds d’in­ves­tis­se­ment chi­nois IDG Ca­pi­tal Part­ners pour ré­sor­ber la dette de son nou­veau stade, qui coûte très cher au club.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.