Un fonds de 1,4 Md€

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - T.B. ET BO­RIS CAS­SEL

Face à la mul­ti­pli­ca­tion des at­ten­tats, le Fonds de ga­ran­tie des vic­times des actes de ter­ro­risme et d’autres in­frac­tions (FGTI) pour­ra-t-il faire face ? Créé en 1986 pour in­dem­ni­ser les vic­times ou leurs proches, ce fonds est abon­dé par une taxe an­nuelle de 4,30 € pré­le­vée sur chaque contrat d’as­su­rance de biens. Pour la pre­mière fois de­puis dix ans, ce mon­tant a été re­le­vé de 1 € le 30 oc­tobre der­nier. Un ef­fort, mais qui n’est pas en­core à la hau­teur, aux yeux de Jacques de Pe­ret­ti, le di­rec­teur gé­né­ral d’Axa France, qui re­dou­tait que cette contri­bu­tion ne soit « pas suf­fi­sante pour faire face à la re­cru­des­cence des actes ter­ro­ristes ». « Il ne faut pas in­quié­ter les vic­times, ex­plique-t-on au FGTI. Nous dis­po­sons d’une ré­serve de 1,450 Md€ qui nous per­met­tra d’as­su­rer les in­dem­ni­sa­tions né­ces­saires sans les re­voir à la baisse. » « Le fonds est suf­fi­sam­ment do­té », as­sure Ber­nard Spitz, le pré­sident de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de l’as­su­rance (FFA). S’agis­sant des at­ten­tats du 13 No­vembre, le FGTI pré­voit une en­ve­loppe de 300 à 350 M€ pour cou­vrir les 2 712 dos­siers d’in­dem­ni­sa­tion ou­verts. 40 M€ ont dé­jà été dé­blo­qués. Pour Nice, l’en­ve­loppe glo­bale n’a pas en­core été chif­frée, mais 1,8 M€ ont dé­jà été ver­sés. Quant à la pé­ren­ni­sa­tion de ce fonds, une mis­sion d’ins­pec­tion doit bien­tôt faire des pré­co­ni­sa­tions. « Il est pos­sible de pas­ser à une co­ti­sa­tion de 6,50 € sur chaque contrat par un simple dé­cret, rap­pelle Ber­nard Spitz. Ce ne se­rait pas neutre, mais les as­su­rés com­prennent ce be­soin de so­li­da­ri­té. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.