En couple dans la vie, ad­ver­saires sur la piste

Saut d’obs­tacles

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - Pé­né­lope Le­pré­vost, ca­va­lière de l’équipe de France ÉRIC MI­CHEL

Le sport équestre est le seul sport olym­pique sans li­mite d’âge, mixte et qui se dis­pute avec un ani­mal. Hommes et femmes s’af­frontent à armes égales. C’est comme si, au ten­nis, la fi­nale de Ro­landGar­ros op­po­sait No­vak Djo­ko­vic à Se­re­na Williams. Le cham­pion olym­pique pour­rait bien être une cham­pionne, même si ce­la n’est pas ar­ri­vé de­puis 1900. La der­nière mé­daille tri­co­lore fut d’ailleurs fé­mi­nine avec le bronze d’Alexan­dra Le­der­mann à At­lan­ta en 1996.

En couple à la ville, Pé­né­lope Le­pré­vost et Ke­vin Staut sont donc ad­ver­saires sur la piste. Une si­tua­tion ex­tra­or­di­naire qui ne per­turbe ni l’un ni l’autre : « Si vous ne m’en aviez pas par­lé, je n’y au­rais a b s o l u men t p a s son­gé. Nous y sommes ha­bi­tués. Nous n’y prê­tons plus au­cune at­ten­tion », confie Ke­vin Staut. « Nous avons une vie de couple qui n’est pas or­di­naire non plus, glisse la jo­lie ca­va­lière. Nous sommes sans cesse sur la route aux quatre coins du monde. On passe qua­rante-cinq se­maines loin de chez nous. Quand on a le bon­heur de ren­trer à la mai­son, on monte des che­vaux toute la jour­née. On rate des choses, par pas­sion. Je ne suis ja­mais là pour la ren­trée sco­laire de ma fille. Avec Ke­vin, on ne se voit que sur les concours. »

La vie de ca­va­lier est une exis­tence mo­na­cale qui laisse peu de place à l’in­ti­mi­té. « Je ne sais pas com­bien de fois nous avons sau­té dans le même concours. Je n’y re­garde plus Pé­né­lope comme ma com­pagne ou un ad­ver­saire mais comme une co­équi­pière de l’équipe de France comme les autres. Tant mieux si elle gagne, elle pense la même chose pour moi », ré­pète Staut. « Une fois en selle, on ne pense plus qu’à soi et à per­sonne d’autre. Le but est d’être de­vant l’autre, peu im­porte la re­la­tion qu’on a avec lui », abonde Le­pré­vost.

Pour ne pas faire de ja­loux, la France vise une mé­daille par équipes. « C’est notre ob­jec­tif nu­mé­ro un, ain­si nous se­rons tous les deux mé­daillés », sou­rit la ca­va­lière qui, à Londres en 2012, s’était noyée (47e). Comme Staut (34e) : « Nous n’avions pas pris la me­sure des Jeux. On les avait pris comme un concours nor­mal. On était loin du vil­lage : cette fois, nous y lo­geons. On ne re­fait pas les mêmes er­reurs qu’il y a quatre ans. »

« Avec Ke­vin, on ne se voit que sur les concours »

Pé­né­lope Le­pré­vost et Ke­vin Staut sont en concur­rence pour le titre en in­di­vi­duel, mais ils visent éga­le­ment une mé­daille par équipes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.