Lyon voit beau­coup plus loin

Ligue 1.

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Maxime Go­na­lons, ca­pi­taine de l’OL AN­THO­NY FAURE

claque re­çue en Au­triche n’a pas bou­le­ver­sé la pai­sible at­mo­sphère qui règne dans le club de­puis plu­sieurs se­maines. « C’est vrai, on en a pris une bonne. Mais ça ne re­met pas en cause la stra­té­gie glo­bale », note une source in­terne du club. En bref, rien d’alar­mant. Juste un pe­tit ac­croc.

Car à Lyon, comme un sym­bole, tous les voyants ne sont pas loin d’être au… vert de­puis plu­sieurs se­maines. L’OL est en­tré dans son nou­veau stade, en­tiè­re­ment pri­vé, en jan­vier 2016. Une réus­site to­tale j us­qu’à pré­sent. Spor­ti­ve­ment, l’équipe di­ri­gée par Ge­ne­sio a réa­li­sé six pre­miers mois très in­té­res­sants en 2016. En­fin, les der­niers ré­sul­tats éco­no­miques du club sont ras­su­rants. Ven­dre­di, les di­ri­geants ont an­non­cé l’ar­ri­vée d’un fonds d’in­ves­tis­se­ment chi­nois, IDG Ca­pi­tal Part­ners, à hau­teur de 20 %, dans le ca­pi­tal de l’OL. L’ap­port de 100 M€ se­ra très im­por­tant pour le fi­nan­ce­ment du stade et la ré­duc­tion des dettes.

Alors certes, à court terme, cette nou­velle ren­trée d’ar­gent ne se­ra pas ré­in­ves­tie dans le mer­ca­to. Mais elle est ca­pi­tale à moyen terme pour es­pé­rer ri­va­li­ser avec le PSG d’ici trois à cinq ans, se­lon Jean-Mi­chel Au­las. Au-de­là des chiffres, c’est l e mes s a g e e n - voyé par l’OL ces der­niers mois qui est fort. Ce­lui du club fran­çais, der­rière le PSG, le plus struc­tu­ré et le plus am­bi­tieux. « On a un stade ma­gni­fique, on joue la C1 presque chaque sai­son. Quand on re­garde ce qui se fait ailleurs, on se dit qu’on est bien lo­tis. Alors pour­quoi par­tir ailleurs ? », in­ter­roge le ca­pi­taine, Maxime Go­na­lons.

Il y a quelques jours, le mi­lieu de ter­rain Co­ren­tin To­lis­so a re­fu­sé une offre de Naples, avec une grosse re­va­lo­ri­sa­tion sa­la­riale à la clé, pour res­ter dans le Rhône. « Co­ren­tin a en­voyé un mes­sage fort », se ré­jouit Ch­ris­tophe Jal­let. De­vant, Alexandre La­ca­zette et Na­bil Fe­kir sont tou­jours là. Ce qui laisse au­gu­rer de belles choses. « Tout le monde est conscient qu’il y a un vrai pro­jet ici », pour­suit Go­na­lons. Il faut beau­coup plus qu’un cui­sant re­vers face à Pa­ris pour faire dou­ter ces Lyon­nais. Les Rho­da­niens voient plus loin.

« Il y a un vrai pro­jet ici »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.