No Lo­go pour­rait de­ve­nir une marque...

Aujourd'hui en France - - LOISIRS ET TÉLÉVISION - Be­san­çon (Doubs) De notre cor­res­pon­dant PHI­LIPPE SAU­TER

LA TEM­PÉ­RA­TURE était ja­maï­quaine, hier, au fes­ti­val No Lo­go à Frai­sans (Ju­ra). Au pied de la che­mi­née des an­ciennes forges de ce gros vil­lage, 12 000 spec­ta­teurs ont bou­gé aux rythmes lourds des basses reg­gae. Pour sa 4e édi­tion, No Lo­go a toutes les chances de battre, ce soir, à la fin de trois jours de concerts, son re­cord d’af­fluence avec 36 000 billets.

Après Da­mian Mar­ley, le plus j eune fils de Bob, fruit de ses amours avec Miss Monde 1976, star du pre­mier soir, d’autres vé­té­rans ont ani­mé la jour­née de sa­me­di. In­ner Circle et Is­rael Vi­bra­tion, qui ont confor­ta­ble­ment dé­pas­sé le cap des 60 ans de moyenne d’âge, jouaient aux gar­diens du temple.

« C’est ce mé­lange de gé­né­ra­tions qui est in­té­res­sant, ex­plique Do­mi­nique, ama­teur de reg­gae de­puis trente ans, ve­nu de Be­san­çon. Les vieux sont tou­jours là, mais on a ici d’autres fa­çons de vivre le reg­gae avec des mu­si­ciens qui n’étaient pas nés quand ces groupes connais­saient la gloire. » Par­mi eux, les Fran­çais de Sir Jean et l’afro­beat Experience en concert, hier.

Ici, tout tra­vail mé­rite sa­laire

Le fes­ti­val No Lo­go, comme son nom l’in­dique, veut bri­ser, de­puis sa créa­tion, quelques lo­giques éco­no­miques des grands fes­ti­vals. « Nous n’ac­cep­tons pas de sub­ven­tions pu­bliques, ni de spon­so­ring pri­vé, ex­plique Florent Sen­seigne, l’un des créa­teurs de l’évé­ne­ment. Pas de marques ici. La bière vient d’une pe­tite bras­se­rie toute proche. On veut que les prix res­tent sages. Ici, ce sont les fes­ti­va­liers qui rendent cet évé­ne­ment pos­sible. S’ils ne viennent pas nom­breux, ça ne peut pas mar­cher. » Le prix d’en­trée est de 22 € pour une jour­née de fes­ti­val, 54 € pour le for­fait de trois jours.

Au­cun des in­ter­ve­nants du fes­ti­val, de la bu­vette à la sé­cu­ri­té, ne tra­vaille bé­né­vo­le­ment. Tout le monde est payé dans la lo­gique des prin­cipes chers à No Lo­go. Les or­ga­ni­sa­teurs ne cachent pas leur rêve de voir le concept se dé­ve­lop­per : la marque — No Lo­go pour­rait en de­ve­nir une, pa­ra­doxa­le­ment — en France ou à l’étran­ger. Le fes­ti­val de reg­gae se pour­sui­vra jus­qu’à ce soir, avec en in­vi­tés sur­prises, les my­thiques Con­gos, maîtres du ras­ta­fa­risme ja­maï­quain.

Frai­sans (Ju­ra), hier. Des mil­liers de per­sonnes ont sup­por­té hier les tem­pé­ra­tures ca­ni­cu­laires pour pro­fi­ter dans une at­mo­sphère bon en­fant des concerts de reg­gae.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.