Nou­velle flam­bée de vio­lence en Corse

AF­FRON­TE­MENTS. Une pe­tite plage du nord de l’île a été le théâtre d’une rixe in­ter­com­mu­nau­taire vio­lente. Les au­to­ri­tés craignent d’autres in­ci­dents.

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Sis­co (Haute-Corse) De notre cor­res­pon­dant Gilles Si­meo­ni, le pré­sident du Conseil exé­cu­tif de Corse JU­LIEN ARGENTI

TEN­DU, pe­sant, ex­plo­sif. De­puis sa­me­di soir et les évé­ne­ments de Sis­co, le cli­mat s’est en­flam­mé dans la ré­gion de Bas­tia (Haute-Corse). Hier ma­tin, plu­sieurs cen­taines de per­sonnes se sont ras­sem­blées sur la place Saint-Ni­co­las de Bas­tia puis de­vant la pré­fec­ture. Dans l’après­mi­di, une vague corse a dé­fer­lé dans le quar­tier po­pu­laire et mul­ti­cul­tu­rel de Lu­pi­no, à l’en­trée sud de Bas­tia. « Les agres­seurs ha­bitent ici. On veut mon­trer à leurs frères, à leurs amis et à tous ceux qui les connaissent que nous ne to­lé­re­rons ja­mais ce genre d’actes sur notre terre ! » as­sène Etienne, au mi­lieu du cor­tège, qui s’est fi­na­le­ment dis­per­sé sans vio­lences, ex­cep­té à proxi­mi­té de l’hô­pi­tal, où les forces de l’ordre ont fait usage de gaz la­cry­mo­gène pour dis­per­ser des in­di­vi­dus me­na­çants.

Sa­me­di, le cadre idyl­lique de la plage de Sis­co, char­mant pe­tit vil­lage du cap Corse, dans le nord de l’île, a été le théâtre d’une rixe très vio­lente qui a fait 5 bles­sés et né­ces­si­té l’in­ter­ven­tion en ur­gence de pom­piers, gen­darmes, po­li­ciers et même d’un hé­li­co­ptère. Se­lon les pre­miers élé­ments de l’en­quête, plu­sieurs jeunes du vil­lage, de 15 à 18 ans, au­raient été confron­tés à un groupe de per­sonnes ve­nues à la plage de Bas­tia. La si­tua­tion a dé­gé­né­ré lorsque ces der­nières ont re­pro­ché aux ado­les­cents de pho­to­gra­phier leurs femmes, qui se bai­gnaient en bur­ki­ni se­lon plu­sieurs té­moins.

Des armes blanches au­raient été ex­hi­bées en signe de me­nace. Aler­té par son fils, un père de fa­mille, ra­pi­de­ment ve­nu sur les lieux, a su­bi un tir de har­pon dans le tho­rax.

Coups de fils, bouche-à-oreille, mou­ve­ment de foule, la plage a ra­pi­de­ment pris des al­lures de zba­taille ran­gée voyant dé­bou­ler des di­zaines de vil­la­geois ve­nus prê­ter main-forte aux jeunes. « J’étais en train de jouer aux cartes dans un bar, à trente mi­nutes de Sis­co, lors­qu’on m’a ap­pe­lé pour me dire : Des jeunes ont été at­ta­qués au cou­teau par une bande. J’ai pris ma voi­ture et je suis im­mé­dia­te­ment des­cen­du, ex­plique Ma­nuel. Agres­ser un seul Corse, c’est comme agres­ser toute la Corse. De­puis plu­sieurs mois, Fran­çois Hol­lande nous ré­pète que nous sommes en guerre. Et dans une guerre, quand on est at­ta­qué, il faut ré­pondre. Et pas seule­ment en al­lu­mant des bou­gies… » Trois voi­tures ont été in­cen­diées, dont cer­taines ap­parte- L’Ile de Beau­té vit dans la ten­sion de­puis plu­sieurs mois et les évé­ne­ments de Noël der­nier. Ce soir-là, ve­nus éteindre un feu, des pom­piers avaient été vio­lem­ment agres­sés dans la ci­té les Jar­dins-de-l’Em­pe­reur, à Bas­tia. Le len­de­main, des cen­taines de Corses avaient in­ves­ti le quar­tier à la re­cherche des au­teurs de l’agres­sion et de nom­breuses nant au groupe de Bas­tia, et les gen­darmes ont dû pro­té­ger un bles­sé de peur qu’il ne soit lyn­ché par la foule. Les 5 bles­sés lé­gers sont sor­tis hier soir de l’hô­pi­tal.

Hier, dans les ruelles de Sis­co, le calme était re­ve­nu. Du moins en ap­pa­rence… « Il n’y a plus grand monde au­jourd’hui, tout le monde est al­lé à Bas­tia. Voir la com­mune sous le feu des pro­jec­teurs pour une af­faire aus­si dra­ma­tique me ré­volte. J’es­père que les cou­pables se­ront pu­nis par la jus­tice et qu’ils iront en pri­son », confiait une ha­bi­tante du vil­lage.

Le scé­na­rio de la rixe a de nou­veau été avan­cé hier lors du ras­sem­ble­ment à Bas­tia, quand une jeune fille té­moin des vio­lences a dé­crit la scène au mé­ga­phone de­vant une foule en co­lère qui ne de­man­dait qu’à en dé­coudre. C’est main­te­nant à la jus­tice d’éclai­rer les cir­cons­tances exactes des faits. L’en­quête a été confiée à la sec­tion de re­cherche de la gen­dar­me­rie d’Ajac­cio. dé­gra­da­tions avaient été per­pé­trées dans le quar­tier. Une mos­quée a été sac­ca­gée. Des sus­pects de l’at­taque des pom­piers ont été in­ter­pel­lés mais le cli­mat est res­té très lourd. Le 30 avril, une autre salle de prière a été in­cen­diée dans le quar­tier Mez­za­via. Ces in­ci­dents in­ter­ve­naient dans un cli­mat po­li­tique com­pli­qué avec l’élec­tion des ré­gio­na­listes à la tête de l’île. En

Dès hier, le mi­nistre de l’In­té­rieur, Ber­nard Ca­ze­neuve, a condam­né ces vio­lences et ap­pe­lé au calme, re­layé par le maire de Sis­co, Ange-Pierre Vi­vo­ni, qui a quand même pré­ci­sé qu’il ré­flé­chis­sait avec son conseil mu­ni­ci­pal à édic­ter un ar­rê­té an­ti­bur­ki­ni sur la plage. De son cô­té, Gilles Si­meo­ni, le pré­sident (ré­gio­na­liste) du Conseil exé­cu­tif de Corse, craint une es­ca­lade de la vio­lence. « La ten­sion ne doit pas re­jaillir sur l’en­semble de la po­pu­la­tion ori­gi­naire du Magh­reb, dont la très grande ma­jo­ri­té res­pecte nos va­leurs », as­sure-t-il. Sur les ré­seaux so­ciaux, d’autres ap­pels au ras­sem­ble­ment fleu­rissent dé­jà pour les pro­chains jours. Dé­li­bé­ré­ment dis­crets pour ne pas ajou­ter aux ten­sions, les élus re­doutent d’autres af­fron­te­ments. Plu­sieurs té­moins au­raient en­ten­du des membres du groupe de Bas­tia lan­cer un dé­fi aux ha­bi­tants de Sis­co : « Vous n’avez qu’à ve­nir nous voir à Lu­pi­no. »

« La ten­sion ne doit pas re­jaillir sur l’en­semble de la po­pu­la­tion ori­gi­naire du Magh­reb » Des ten­sions tou­jours très vives

jan­vier, le mi­nis­tère de l’In­té­rieur a dis­sous le VNC, Vi­gi­lance na­tio­nale corse, grou­pus­cule iden­ti­taire corse créé en oc­tobre der­nier et qui avait beau­coup fait par­ler de lui lors des évé­ne­ments d’Ajac­cio. Cer­tains membres de ce col­lec­tif sont soup­çon­nés d’être à l’ori­gine des in­ci­dents qui ont écla­té le 25 dé­cembre dans un quar­tier sen­sible de la ci­té im­pé­riale.

Sis­co (Haute-Corse), sa­me­di. De nom­breux gen­darmes ont dû in­ter­ve­nir pour évi­ter le lyn­chage d’un par­ti­ci­pant à la rixe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.