Pi­con,

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - Rio (Bré­sil) SANDRINE LEFÈVRE

31 ans Née le 23 dé­cembre 1984 à Royan Dis­ci­pline : RS : X (planche à voile) Club : CN La Trem­blade Pal­ma­rès : mé­daillée d’or olym­pique (2016) ; cham­pionne du monde (2014) ; cham­pionne d’Eu­rope (2013, 2014, 2016) AS­SISE SUR SA PLANCHE au mi­lieu du plan d’eau, Char­line Pi­con laisse écla­ter sa joie sans re­te­nue. Le ciel est ma­gni­fi­que­ment bleu au-des­sus de la ma­ri­na de Glo­ria et la vue sur le cé­lèbre Pain de Sucre car­ré­ment fée­rique. Mais en cet ins­tant, la Cha­ren­taise a de l’or dans les yeux. Un peu plus tard, elle tombe dans les bras de Cé­dric Le­roy, son en­traî­neur, son « bi­nôme ». Les larmes coulent en­core sur le po­dium lorsque rai­sonne « la Mar­seillaise ». « Je ne réa­lise pas. C’est énorme, c’est beau­coup d’émo­tions, ça a été une course très dure, lâche la Fran­çaise de 31 ans. J’ai eu une se­maine com­pli­quée où j’ai re­gret­té des points per­dus ici ou là sur des coups qui vont moins bien et, là, voi­là qu’ar­rive ce scé­na­rio dingue ! Je crois qu’il va me fal­loir du temps pour réa­li­ser. » Qua­trième avant l’ul­time ré­gate, la vé­li­plan­chiste a dû pui­ser dans ses res­sources pour l’em­por­ter, mal­gré des condi­tions de vent com­pli­quées, ef­fa­çant du même coup sa dé­cep­tion des JO 2012 où elle avait ter­mi­né 8e et même en­vi­sa­gé d’ar­rê­ter la com­pé­ti­tion…

« Londres, c’était ma pre­mière ex­pé­rience, ça a été com­pli­qué, se sou­vient-elle. Après mon échec, je me suis po­sé des ques­tions, je me suis de­man­dé si je n’avais pas fait le tour, si je pou­vais en­core pro­gres­ser, j’ai fi­na­le­ment choi­si de conti­nuer. » Elle a bien fait, elle qui, en­fant, ne s’ima­gi­nait cer­tai­ne­ment pas un des­tin de cham­pionne. « Le sport de haut ni­veau, c’est de­ve­nu sé­rieux as­sez tard. En com­men­çant, je ne sa­vais même pas que la planche était un sport olym­pique, alors ce rêve de de­ve­nir cham­pionne olym­pique je ne l’ai ja­mais eu. »

Is­sue d’une fa­mille « sans voi­leux », comme elle dit, Char­line, di­plô­mée de l’école de ki­né­si­thé­ra­pie de Poi­tiers, a dé­cou­vert la dis­ci­pline lors d’un stage avec l’école. « J’ai fait une se­maine d’Op­ti­mist en CM 2, j’ai eu en­vie d’en faire en club, mais comme les cours étaient sa­tu­rés, on m’a orien­tée sur la planche. J’ai mor­du tout de suite. Les pre­miers cours se fai­saient sur la planche sans la voile, on tom­bait dans l’eau, on se re­le­vait, ça me fai­sait mar­rer. Il fai­sait froid, je me de­mande en­core comment je fai­sais à l’époque, parce que je n’y ar­rive plus… »

Char­line, nou­velle reine de la planche à voile, se dé­fi­nit comme une amou­reuse de l a na­ture : « J’aime être proche d’elle, l’en­vi­ron­ne­ment ur­bain me pèse, j’ai sou­vent en­vie de m’éva­der. J’aime aus­si dé­cou­vrir le monde, les tra­di­tions des pays, voir comment vivent les gens. J’ai la chance de pou­voir voir tout ce­la grâce au sport de haut ni­veau, grâce à la voile, ce sport ma­gni­fique que j’ai en­vie de faire connaître. » Elle a trou­vé, hier à Rio, le meilleur moyen d’y par­ve­nir.

Is­sue d’une fa­mille « sans voi­leux »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.