Les Ex­perts ont de la ré­serve

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - Rio de Ja­nei­ro (Bré­sil) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux S.B.

CE­LA N’A pas été une par­tie de plai­sir. Mais les Ex­perts ont as­su­ré l’es­sen­tiel hier en s’im­po­sant (33-30) face au Da­ne­mark lors du der­nier match de poule. Deux jours après leur pre­mière dé­faite face à la Croa­tie, l’équipe de France a re­pris confiance avant d’abor­der son sep­tième quart de fi­nale olym­pique d’af­fi­lée de­main à la Fu­ture Are­na.

Les rem­pla­çants s’illus­trent

Pre­mière et bonne nou­velle, les Bleus ont de la ré­serve. Lan­cés dans l’arène après avoir sur­tout ci­ré le banc en pre­mière se­maine, les rem­pla­çants ont répondu présent à l’ap­pel. Après son 5/6 face à la Croa­tie, Ngues­san a ain­si dé­mon­tré que sa bles­sure à la che­ville n’était plus qu’un mau­vais sou­ve­nir. Mais pen­dant que Va­len­tin Porte, aus­si à l’aise à l’aile que sur la base ar­rière, jus­ti­fiait son sur­nom de « cou­teau suisse », la grosse sa­tis­fac­tion de la jour­née est ve­nue du ré­veil de Ken­tin Ma­hé. « Par­fois le gé­nie, ça en­combre ! sou­rit Claude Ones­ta à l’adresse de ce­lui qui a si­gné un brillant 9/13 au tir hier soir. Le pro­blème des gens qui sont ca­pables de tout faire, c’est qu’ils se dé­règlent plus vite que les autres. Mais là, il s’est re­mis en selle. » Et, avec lui, toute l’équipe de France. Car, comme l’ex­plique le sé­lec­tion­neur, dans ce genre de tour­noi « les cadres ont be­soin de sen­tir que les ré­ser­vistes sont là. Quand les gars sont per­sua­dés qu’ils peuvent tous comp­ter les uns sur les autres, ça rend l’équipe plus forte. Là, elle me semble être so­lide et en confiance pour abor­der les quarts ».

Reste dé­sor­mais à savoir qui se dres­se­ra sur la route des doubles cham­pions olym­piques puisque à l’ins­tar de leurs ho­mo­logues fé­mi­nines les Bleus ont dû pa­tien­ter jus­qu’à tard dans la nuit pour savoir qui, du Bré­sil ou de la Po­logne, ils trou­ve­ront de­main sur leur route. « Moi, j’ai une pe­tite pré­fé­rence pour le Bré­sil, ex­plique Va­len­tin Porte. Avoir une salle en­tière contre nous nous obli­ge­ra à res­ter so­li­daires de bout en bout. » « Mais jouer la Po­logne nous per­met­trait aus­si de prendre notre re­vanche sur l’Eu­ro, sou­rit Ones­ta. Car, ce jour­là, je me sou­viens qu’ils s’étaient en­flam­més et qu’on n’avait pas réus­si à les éteindre. »

Rio de Ja­nei­ro (Bré­sil), hier. Ni­co­las Ka­ra­ba­tic et les Bleus se sont ras­su­rés avant les quarts en pas­sant 33 points aux Da­nois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.