Le ca­nard du Sud-Ouest est de re­tour

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - FLO­RENCE MÉRÉO

« ET UN MAGRET FRAIS ! » Au­jourd’hui, pour la pre­mière fois de­puis quatre mois, il se­ra pos­sible d’avoir dans son as­siette du ca­nard frais du Sud-Ouest. « La grande ma­jo­ri­té des ex­ploi­ta­tions ont re­pris au­jourd’hui (NDLR : hier) leur ac­ti­vi­té », s’en­thou­siasme Ma­riePierre Pé, porte-pa­role du Co­mi­té in­ter­pro­fes­sion­nel des pal­mi­pèdes à foie gras (Ci­fog). Dé­but mai, et pour quinze se­maines, l’ar­rêt com­plet de la filière avait été dé­ci­dé. Ob­jec­tif : lut­ter contre la grippe aviaire après plu­sieurs cas d’in­fluen­za aviaire dans la ré­gion. Un tel « vide sa­ni­taire », tou­chant dix­huit dé­par­te­ments du Sud-Ouest (Dor­dogne, Tarn, Landes…) som­més de dés­in­fec­ter leurs sites, n’avait plus eu lieu de­puis la Se­conde Guerre mon­diale !

Hausse des prix at­ten­due

Beau­coup d’ex­ploi­tants y ont lais­sé des plumes. « 6 000 sa­la­riés ont été en ac­ti­vi­té très par­tielle », chiffre le Ci­fog. « Dix mil­lions de ca­nards gras n’ont pas été pro­duits, c’est beau­coup », re­prend Alain Ger­main. Dans sa ferme de Tur­nac (Dor­dogne), au coeur du Pé­ri­gord noir, il en a pro­fi­té pour faire des travaux, no­tam­ment d’amé­lio­ra­tion des pa­rois pour rendre le net­toyage plus fa­cile et donc li­mi­ter le risque d’in­fec­tion des pal­mi­pèdes.

Mais main­te­nant, l’éle­veur se pré­pare lui aus­si à mettre au ga­vage une par­tie des 1 000 oies qu’il ac­cueille dans son do­maine de 54 ha. « On voit le bout du tun­nel. Ça de­ve­nait très com­pli­qué. On n’avait plus de ré­serve de rillettes d’oie de­puis un mois main­te­nant », ex­plique-t-il, sans nier que la re­prise de l’ac­ti­vi­té rime avec hausse des prix.

« La ten­sion entre l’offre et la de- mande va se faire sen­tir. On peut ima­gi­ner des hausses entre 20 et 30 % pour le magret, peut-être un peu moins pour le foie gras qui est plus at­ten­du en fin d’an­née », pré­vient Ma­rie-Pierre Pé.

Ce re­tour des bêtes vers l’abat­toir ga­ran­tit-il les blocs de foie gras pour Noël ? Pas si sûr. La pro­duc­tion étant de fait très tar­dive, il y en au­ra moins. « Re­faire le stock en trois mois n’est pas pos­sible », souffle Alain Ger­main. Quant au foie frais, il se­ra très pri­sé. Pen­sez à prendre les de­vants et à le com­man­der tôt.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.