Un hé­li­co­ptère de la gen­dar­me­rie vi­sé par des fu­sées d’ar­ti­fice

VIO­LENCES. L’in­ci­dent est in­ter­ve­nu di­manche après un ras­sem­ble­ment de ma­ni­fes­tants hos­tiles au pro­jet de site d’en­fouis­se­ment de dé­chets nu­cléaires dans la Meuse. L’ap­pa­reil a pu évi­ter les pro­jec­tiles.

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - THI­BAULT RAISSE

DOUCEMENT mais sû­re­ment, la contes­ta­tion en marge du fu­tur site d’en­fouis­se­ment de dé­chets nu­cléaires de Bure (Meuse) se dur­cit, fai­sant pla­ner le tra­gique sou­ve­nir de Si­vens (où un mi­li­tant an­ti-bar­rage était dé­cé­dé). Se­lon nos in­for­ma­tions, un hé­li­co­ptère de la gen­dar­me­rie qui sur­vo­lait di­manche une ma­ni­fes­ta­tion contre le pro­jet contro­ver­sé a été la cible d’une de­mi-dou­zaine de tirs de fu­sées d’ar­ti­fice. Les pro­jec­tiles n’ont pas at­teint l’ap­pa­reil, mais ont obli­gé son pi­lote à ef­fec­tuer une ma­noeuvre dé­li­cate pour évi­ter tout ac­ci­dent. Le par­quet a ou­vert une en­quête.

Le ras­sem­ble­ment, es­sen­tiel­le­ment com­po­sé de mi­li­tants an­ti­nu­cléaires, s’était amas­sé ce week-end dans le bois Le­juc, site choi­si par l’Agence na­tio­nale pour la ges­tion des dé­chets ra­dio­ac­tifs (An­dra) pour y construire une fosse des­ti­née à conte­nir des re­buts dan­ge­reux. Jus­qu’ici pro­té­gée par des gen­darmes mo­biles, la zone a été dé­ser­tée par les mi­li­taires sa­me­di, lais­sant le champ libre à en­vi­ron 250 ac­ti­vistes qui ont dé­truit le mur pro­té­geant le chan­tier pré­pa­ra­toire. Par­mi eux, quelques in­di­vi­dus vi­ru­lents et ca­gou­lés mu­nis de barres de fer ou de pioches.

S’ils ne sont pas di­rec­te­ment in­ter­ve­nus, les gen­darmes ont néan­moins gar­dé un oeil sur la ma­ni­fes­ta­tion de di­manche grâce à un hé­li­co­ptère. Dans l’après-mi­di, l’ap­pa­reil était en vol sta­tion­naire lors­qu’il a es­suyé les tirs. « Il s’agis­sait de fu­sées d’ar­ti­fice comme on en voit le 14 Juillet, in­dique une source proche du dos­sier. Elles sont pas­sées au­des­sus de l’hé­li­co­ptère, mais le pi­lote a dû faire des ma­noeuvres d’écar­te­ment. L’ap­pa­reil et son équi­page ont in­ter­rom­pu le vol et sont ren­trés dans leur camp de base. »

Rap­por­té au pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Bar-le-Duc, l’in­ci­dent a en­traî­né l’ou­ver­ture d’une en­quête de fla­grance pour vio­lences vo­lon­taires en réunion, avec arme par des­ti­na­tion, et sur per­sonne dé­po­si­taire de l’au­to­ri­té pu­blique. Une qua­li­fi­ca­tion qui fait en­cou­rir dix ans de pri­son aux au­teurs des faits. Ces der­niers n’ont pas été iden­ti­fiés, la confi­gu­ra­tion des lieux et la confu­sion qui ré­gnait ce jour-là ren­dant l’en­quête dif­fi­cile.

Le pro­jet de centre de sto­ckage ra­dio­ac­tif dans le sous-sol du vil­lage de Bure est vieux de dix ans. Les travaux en­ga­gés ne concernent pour l’ins­tant que des ins­tal­la­tions pré­pa­ra­toires au chan­tier, qui doit dé­bu­ter en 2018 et être ache­vé d’ici 2025. Contes­té par des as­so­cia­tions éco­lo­gistes qui ont lan­cé des re­cours de­vant la jus­tice, le site pré­voit le creu­se­ment de ga­le­ries à 500 m sous terre, des­ti­nées à sto­cker 240 000 fûts de dé­chets ra­dio­ac­tifs. De­puis juin et l’ar­ri­vée d’ac­ti­vistes an­ti­nu­cléaires dans la zone, une ving­taine d’en­quêtes pour vio­lences ou dé­gra­da­tions ont été ou­vertes.

Le par­quet a ou­vert une en­quête

Bure (Meuse), di­manche. Cer­tains ac­ti­vistes ont dé­truit le mur pro­té­geant le chan­tier pré­pa­ra­toire du site d’en­fouis­se­ment de dé­chets nu­cléaires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.