« La pas­sion a été plus forte »

Rai,

Aujourd'hui en France - - A LA CHAISE-DIEU, LA MUSIQUE, C’EST SACRÉ DEPUIS 5 - Rio (Bré­sil) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux Pro­pos re­cueillis par GUILLAUME GEORGES Pro­pos re­cueillis par RO­MAIN OUERTAL

RAI, 51 ANS, pré­sent à Rio pour des Jeux qu’il suit au plus près, no­tam­ment pour France Té­lé­vi­sions, a ac­cep­té d’évo­quer l’am­biance au­tour de ces Jeux sur les dif­fé­rents sites et no­tam­ment les sif­flets qui ont ac­com­pa­gné Re­naud La­ville­nie lors du con­cours de saut à la perche et de son po­dium. Qu’avez-vous pen­sé des sif­flets lors de fi­nale de Re­naud La­ville­nie ? RAI. Je sais qu’on parle beau­coup de ça en France. C’est vrai que c’est un sport que l’on n’a pas l’ha­bi­tude de suivre. Les Jeux olym­piques, pour le Bré­sil, c’est aus­si l’ap­pren­tis­sage de plu­sieurs choses. Ces sif­flets, je crois qu’il ne faut pas les prendre comme quelque chose de mé­chant. Mais on com­prend la ré­ac­tion de l’ath­lète fran­çais. C’est un sport où il

Di­sons que l’on ne s’at­ten­dait pas à voir un Bré­si­lien être en po­si­tion de ga­gner ce con­cours. C’était quelque chose de nou­veau. Sur le mo­ment, je crois que la pas­sion a été plus forte. Bien sûr que ce n’est pas l’idéal, mais ce sont des choses que nous al­lons ap­prendre à faire mieux pe­tit à pe­tit. Les Bré­si­liens trans­posent-ils dans les autres sports leur ma­nière d’être au foot­ball ? Oui, c’est un peu ça. Par exemple, au Oui. Les Jeux vont aus­si ser­vir à ça. Je crois qu’il faut que l ’ on pro­fite des JO pour que le sport au Bré­sil soit beau­coup plus dé­mo­cra­ti­sé, beau­coup plus ac­ces­sible à tous. Ce n’est pas en­core le cas. C’est ce qu’on va es­sayer de faire après les Jeux, se battre pour que tout le monde puisse avoir ac­cès au sport et être plus habitué, aus­si, à des mo­ments comme ça.

« Il faut que l’on pro­fite des JO pour que le sport au Bré­sil soit beau­coup plus dé­mo­cra­ti­sé »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.