Valls veut un is­lam « dis­cret »

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE -

MA­NUEL VALLS, qui a ap­por­té hier son sou­tien aux maires (une de­mi-dou­zaine, ma­jo­ri­tai­re­ment is­sus des rangs des Ré­pu­bli­cains) qui ont dé­ci­dé d’in­ter­dire sur les plages le bur­ki­ni, conseille — comme Jean-Pierre Che­vè­ne­ment l’avait fait dans notre jour­nal lun­di — aux mu­sul­mans de la « dis­cré­tion ». « Si nous vou­lons cons­truire un is­lam de France com­pa­tible avec nos va­leurs, nos li­ber­tés, l’éga­li­té homme-femme, il faut que l’is­lam, comme les autres re­li­gions l’ont fait, ac­cepte la dis­cré­tion dans la ma­ni­fes­ta­tion des convic­tions re­li­gieuses », af­firme le Pre­mier mi­nistre dans un en­tre­tien à « la Pro­vence ». Il a par ailleurs ju­gé que ce maillot to­ta­le­ment cou­vrant (sauf le vi­sage) n’était pas « com­pa­tible avec les va­leurs de la France et de la Ré­pu­blique ». « Face aux pro­vo­ca­tions, la Ré­pu­blique doit se dé­fendre », a-t-il ajou­té. Si la droite a glo­ba­le­ment ap­plau­di la sor­tie de Valls, le PCF, lui, a ac­cu­sé le chef de la ma­jo­ri­té de « faire le jeu des ter­ro­ristes » en « sui­vant les pas d’une droite très ra­di­ca­li­sée qui court après le FN ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.