Le TER éven­tré par un arbre

AC­CI­DENT. Evé­ne­ment ra­ris­sime, un train ré­gio­nal re­liant Mont­pel­lier à Avi­gnon a été per­cu­té par un arbre dé­ra­ci­né à cause d’un orage, qui a dé­chi­ré le cô­té d’une rame. Un voya­geur a été éjec­té et griè­ve­ment bles­sé

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Un porte-pa­role de la SNCF, à pro­pos du conduc­teur du train, for­te­ment cho­qué VINCENT VÉRIER

UN TRONC D’ARBRE en­cas­tré dans la ca­bine de pi­lo­tage du train et un wa­gon dé­chi­que­té par des branches sur deux mètres. Hier après-mi­di, la chute d’un arbre sur une voie fer­rée qui re­lie Mont­pel­lier (Hé­rault) à Avi­gnon (Vau­cluse) a fait un bles­sé grave et cinq bles­sés lé­gers. L’ac­ci­dent s’est dé­rou­lé sur la com­mune de Saint-Au­nès, à une quin­zaine de ki­lo­mètres au nord-est de Mont­pel­lier. Vers 15 h 45, un TER avec à son bord en­vi­ron 250 pas­sa­gers a per­cu­té un pin tom­bé sur les voies suite à une grosse averse de grêle. Si le conduc­teur n’a pas été bles­sé, il est for­te­ment cho­qué.

Se­lon son té­moi­gnage, re­cueilli par la SNCF, l’arbre se­rait tom­bé une poi­gnée de se­condes avant le pas­sage du train. « Il n’a même pas eu le temps de frei­ner », confie un porte-pa­role de la com­pa­gnie fer­ro­viaire. Se­lon l’en­tre­prise pu­blique, l’arbre, de 3 m de dia­mètre à sa base et de 1 m à mi-hau­teur, était plan­té sur le ter­rain d’un par­ti­cu­lier à 6 m de la voie. « Il s’est bri­sé en son mi­lieu lors de l’orage, pour­suit le porte-pa­role. Il a chu­té sur la voie sans rompre les ca­té­naires et le TER s’y est en­cas­tré à une vi­tesse d’en­vi­ron 150 km/h. » De gros moyens de se­cours ont été mo­bi­li­sés, et no­tam- ment près de 80 pom­piers et un hé­li­co­ptère. Le prin­ci­pal bles­sé, un homme d’une tren­taine d’an­nées, qui a été éjec­té du train lors de la col­li­sion, souffre d’une frac­ture ou­verte à la jambe. Il a été hé­li­por­té au CHU de Mont­pel­lier. Les pas­sa­gers ont été conduits à la salle om­ni­sports de Saint-Au­nès avant de pour­suivre leur tra­jet dans des bus af­fré­tés par la SNCF.

« C’est un évé­ne­ment mé­téo­ro­lo­gique ex­cep­tion­nel qui est à l’ori­gine de cet ac­ci­dent, dé­taille Ca­role Del­ga, pré­si­dente PS de Lan­gue­docRous­sillon - Mi­di-Py­ré­nées. L’orage a du­ré moins de dix mi­nutes avec des grê­lons qui ont par­fois at­teint 5 cm. Les vi­gnobles du coin ont éga­le­ment été très tou­chés. » A la SNCF, on rap­pelle : « Des arbres sur les voies, il en tombe plu­sieurs cen­taines chaque an­née. Cer­tains coins de France sont plus tou­chés que d’autres, comme les en­vi­rons d’Or­léans ou de Cler­mont-Fer­rand. Mais dans la qua­si-to­ta­li­té des ac­ci­dents liés à des chutes d’arbres, ils ne font que des dé­gâts ma­té­riels. » Et pour cause, la ca­bine de pi­lo­tage des trains est ren­for­cée : « C’est comme une bulle de sé­cu­ri­té, ex­plique Pas­cal Des­camps, se­cré­taire gé­né­ral de la FGAAC-CFDT, un des prin­ci­paux syn­di­cats de conduc­teurs de train. Elle se dé­forme pour ab­sor­ber le choc et doit ré­sis­ter dans la li­mite du pos­sible à la plu­part des ac­ci­dents. Mais si l’arbre est trop gros ou s’il est per­cu­té de cô­té, ça peut faire des bles­sés. »

Par ailleurs, la SNCF dis­pose d’un ser­vice d’éla­gage dans chaque ré­gion char­gé de cou­per et de sur­veiller la vé­gé­ta­tion qui pousse le long des 30 000 km de voies fer­rés. Au to­tal, cet ac­ci­dent a en­gen­dré des re­tards pour une dou­zaine de trains dont deux TGV qui sont ar­ri­vés à des­ti­na­tion avec deux heures de plus que l’ho­raire pré­vu. Se­lon la SNCF, le tra­fic de­vait être com­plè­te­ment ré­ta­bli, hier, dans la soi­rée.

« Il n’a même pas eu le temps de frei­ner »

Le pin est tom­bé sur les voies une poi­gnée de se­condes avant le pas­sage du train.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.