Man­kell livre son der­nier chef-d’oeuvre

Aujourd'hui en France - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - CA­THE­RINE BALLE

C’EST L ’ UL­TIME ou­vrage q u ’ a é c r i t Hen­ni n g Man­kell avant de mou­rir d’un can­cer, le 5 oc­tobre der­nier, à l’âge de 67 ans. Sor­ti en Suède en avril, le bou­le­ver­sant « les Bottes sué­doises » pa­raît au­jourd’hui en France*. Ce ro­man exis­ten­tiel est la suite des « Chaus­sures ita­liennes », le livre le plus connu de l’écri­vain nor­dique (qui s’est écou­lé dans l’Hexa­gone à 447 000 exem­plaires, se­lon l’ins­ti­tut GfK). L’au­teur de la sé­rie po­li­cière avec l’ins­pec­teur Kurt Wal­lan­der y met à nou­veau en scène Fre­drik We­lin, le per­son­nage des « Chaus­sures ita­liennes », re­clus dans son île iso­lée et aride de la Bal­tique.

Ré­flexion poi­gnante sur la ma­la­die

Dans le pré­cé­dent livre, la femme qu’avait ai­mée et aban­don­née Fre­drik qua­rante ans plus tôt sur­gis­sait avec Louise, leur fille âgée de 37 ans. « Les Bottes sué­doises » s’ouvrent sur l’in­cen­die de la mai­son de Fre­drik en pleine nuit. Dé­pos­sé­dé, le sep­tua­gé­naire, dont le quo­ti­dien est ponc­tué PEOPLE Ex­press par des bai­gnades dans l’eau gla­cée et de rares échanges avec les ha­bi­tants de l’ar­chi­pel, va alors s’in­ter­ro­ger sur la suite à don­ner au reste de sa vie. En­core plus noir que « les Chaus­sures ita­liennes », ce ro­man est une ré­flexion sombre et poi­gnante sur la ma­la­die et sur la mort.

« Le vieil l i sse­ment était une nappe de brume qui ap­pro­chait en si­lence », écrit par exemple Man­kell. Qui fait dire à son per­son­nage, plus loin : « J’ai tou­jours per­çu le temps comme un far­deau qui s’alour­dis­sait avec les an­nées, à croire que les mi­nutes pou­vaient se me­su­rer en grammes et les se­maines en ki­los. » « Hen­ning Man­kell était très ma­lade quand il a écrit les Bottes sué­doises, confie Anne Freyer, qui fut son édi­trice fran­çaise pen­dant vingt ans. A tra­vers Fre­drik We­lin, on en­tend Man­kell, son cô­té ours, hy­po­con­driaque, ses in­quié­tudes pour le monde, l’en­vi­ron­ne­ment. » Mé­lan­co­lique, cré­pus­cu­laire, ce ro­man se clôt néan­moins sur une note d’es­poir. Un ou­vrage in­tense. * Ed. Seuil 352 pages, 21 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.