A Pougne-Hé­ris­son, dans le nom­bril du monde

Aujourd'hui en France - - VOTRE SOIRÉE TÉLÉVISION - Pougne-Hé­ris­son (Deux-Sèvres) De nos en­voyés spé­ciaux Textes : PIERRE VAVASSEUR Pho­tos : OLI­VIER ARANDEL

EN­FIN nous voi­ci chez nous ! Pile dans le nom­bril du monde. A Pa­ris, Saint-Ger­maindes-Prés ? Pas du tout. A Pougne-Hé­ris­son dans les Deux-Sèvres. Pour le cor­don om­bi­li­cal, vi­sez Bres­suire puis La Cha­pelle-SaintLaurent et vous y êtes. De toute fa­çon, c’est in­di­qué sur les pan­cartes. Pougne vient du la­tin Pu­gnus, « la poigne ». Hé­ris­son hé­risse les ruines de son fort du XIIe siècle, pre­mier châ­teau du du­ché de Poi­tou, an­cienne de­meure des sei­gneurs de la fa­mille d’Ar­gen­ton. A une vo­lée de gra­nit de ses im­pres­sion­nants ves­tiges, re­pose dans la cha­pelle l’ar­rière-grand-tante de Vol­taire. C’est écrit par terre.

Quant à cette pe­tite mai­son ca­chée entre ce­ri­siers et pru­niers, c’est celle de Yan­nick Jau­lin, co­mé­dien et conteur aux ra­cines ven­déennes, fon­da­teur en 1990 avec le maire de l’époque, Ber­nard Boi­leau, de l’as­so­cia­tion le Nom­bril du monde. De­puis 1986, Yan­nick ra­conte des his­toires. Il tient ça de ses mé­més. « Je suis né au cul des vieux » dit-il. Main­te­nant, seul ou en tri­bu, il monte des spec­tacles. Jus­qu’à sa­me­di, se donne ain­si au pied du châ­teau « le Mys­tère de Saint-Pou », un son et lu­mière ani­mé par 35 ac­teurs. On y ra­conte l’his­toire de SaintPou — Pou si­gni­fie la Peur — à qui ce ter­ri­toire de Gâ­tine doit d’être pas­sé entre les gouttes et sur­tout les bou­lets en­flam­més de l’his­toire. « C’est bien simple, dit Jau­lin, en concluant sa phrase en pa­tois, à Pougne-Hé­ris­son il ne se passe ja­mais rin. Ici c’est le pays du rin. »

Le conteur qui fai­sait par­ler les cailloux

Sur ce « rin », le fon­da­teur de la com­pa­gnie « le Beau Monde ? » a cons­truit un opé­ra de l’ima­gi­naire ou­vert au pu­blic de mars à sep­tembre. L’épi­centre en est une pierre gra­ni­tique : un chi­ron tel qu’on ap­pelle les pierres ar­ron­dies qui semblent tom­bées du ciel dans le pay­sage. Ce ro­cher est le té­moi­gnage d’un « big bang my­tho­lo­gique » qui vaut bien l’autre. Les en­fants y collent l’oreille pour écou­ter le bruit des contes qui couvent à l’in­té­rieur. Ils vi­sitent aus­si le jar­din pu­blic gra­tuit et so­nore. Il y a toute une ac­ti­vi­té pé­da­go­gique, des ate­liers, des jeux et une vi­site gui­dée ani­mée par Louise qui gam­bade en char­mante ga­zelle de conte en conte. Les conteurs viennent de la France en­tière pro­po­ser leurs spec­tacles. Et dans une grange trans­for­mée en mu­sée mer­veilleux, on peut dé­cou­vrir, dans tous ses pis­tons et ses en­trailles mé­ca­niques, la ma­chine à « ta­ra­bus­ter le mi­ne­rai de contes ».

Il n’est pas faux de dire qu’à Pougne-Hé­ris­son, faire par­ler les cailloux il n’y a que ça de vrai. Dû­ment ins­crite dans les vi­traux de la cha­pelle, la de­vise lo­cale dé­coif­fe­rait saint Tho­mas : « Il faut le croire pour le voir ». Pougne abrite en­fin la seule uni­ver­si­té du genre : celle de l’om­bi­li­co­lo­gie, cette science « qui tente de faire sor­tir les his­toires du nom­bril ». De­puis que le rêve a ou­vert bou­tique, Ch­ris­tiane, qui tient la bu­vette du Cor­don, se sou­vient avoir vu fer­mer les uns après les autres « les deux ca­fés, les deux écoles et les deux bou­lan­gers ». Mais de­puis que le rêve a ou­vert bou­tique, elle voit dé­fi­ler le monde en­tier : « Des Au­tri­chiens, des An­glais, des Ca­na­diens, des Aus­tra­liens… » « Il faut que tu en­tendes avec ton ima­gi­na­tion », souffle une ma­man à son pe­tit gar­çon. C’est une si jo­lie phrase. Le Nom­bril du monde à Pougne-Hé­ris­son (Deux-Sèvres), contes, spec­tacles et ate­liers jus­qu’à sa­me­di. « Le Mys­tère de Saint-Pou », tous les soirs à 21 h 33, de 0 à 15 €. Rés : 05.49.64.19.19.

Pougne-Hé­ris­son (Deux-Sèvres), hier. Yan­nick Jau­lin est le fon­da­teur de l’as­so­cia­tion le Nom­bril du monde, conçue pour les ama­teurs de contes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.