Au ren­dez-vous de la jet-set

Aujourd'hui en France - - AUTOUR DES JEUX - Rio de Ja­nei­ro (Bré­sil) De notre cor­res­pon­dante MORGANN JEZEQUEL

LES AGENTS DE CIR­CU­LA­TION ont beau se don­ner du mal, rien n’y fait : les taxis n’en fi­nissent pas de s’ag­glo­mé­rer de­vant la porte d’en­trée de la So­cié­té hip­pique bré­si­lienne, qui ac­cueille le Club France pen­dant toute la du­rée des Jeux olym­piques. Alors que le so­leil se couche der­rière les col­lines qui sur­plombent l e l agon Ro­dri­go de Frei­tas, une cen­taine de Bré­si­liens claquent les por­tières en échan­geant joyeu­se­ment, in­dif­fé­rents aux klaxons des au­to­mo­bi­listes im­pa­tients. Après avoir dé­bour­sé une di­zaine d’eu­ros à la billet­te­rie, ils se plient sans bron­cher au contrôle des sacs et au pas­sage du por­tique de sé­cu­ri­té. Le pas est as­su­ré pour les chaus­sures plates en cuir, un peu moins pour les sou­liers à hauts ta­lons qui sont lé­gion à cla­quer sur les pa­vés de la So­cié­té hip­pique.

60 € pour l’en­trée du Club trans­for­mé en boîte de nuit !

A l’in­verse des Fran­çais, pour la plu­part vê­tus d’un simple tee-shirt, d’un ber­mu­da et de confor­tables ten­nis, les Ca­rio­cas se sont mis sur leur 31 pour pas­ser leur ven­dre­di soir dans un ce haut lieu des soi­rées mon­daines de la Ci­té mer­veilleuse. Quelques femmes se dé­placent entre les files qui s’agran­dissent de­vant les food trucks, te­nant avec non­cha­lance une bou­teille de vin blanc entre les doigts.

Ci­da, Ve­ra et Rais­sa, elles, se sont as­sises sur un large banc en bois, sous un ma­jes­tueux pal­mier sa­vam­ment éclai­ré. Les trois amies, âgées d’une qua­ran­taine d’an­nées, si­rotent leur verre, avant de se res­ser­vir dans la bou­teille pla­cée dans un pe­tit sac ré­fri­gé­rant. « J’étu­die le fran­çais et j’ap­pré­cie le pu­blic fran­çais. Ve­nir pas­ser la soi­rée ici, c’était vrai­ment l’oc­ca­sion d’être en contact avec eux, de se mé­lan­ger », ex­plique Ci­da. « Je suis juste un peu dé­çue par la carte des vins, je ne trouve pas qu’elle fasse hon­neur à la di­ver­si­té des vins fran­çais », re­grette Rais­sa, dé­jà ve­nue plu­sieurs fois en France.

Au­tour d’elles, la foule gros­sit et ra­jeu­nit. Les mé­dailles fran­çaises de la jour­née ont été fê­tées dans l’im­mense ma­nège et, dé­jà, les spec­ta­teurs sont in­vi­tés à re­joindre la porte de sor­tie, pen­dant que des tech­ni­ciens ins­tallent des bar­rières. Ce soir, l’en­droit se trans­forme en boîte de nuit bran­chée, point de ren­contre des ath­lètes, des tou­ristes et de la jeu­nesse do­rée de Rio, seuls à pou­voir s’of­frir un billet d’en­trée à 60 €.

« C’est un prix olym­pique », sou­rit Va­nes­sa, ve­nue ac­com­pa­gnée de plu­sieurs amis. « Mais tout le monde dit de bonnes choses de cette fête, on ver­ra bien ! », lance-t-elle avec ma­lice avant de se frayer un che­min entre les lourds ri­deaux noirs qui masquent l’en­trée du ma­nège, dé­pas­sant des na­geuses aus­tra­liennes. Au Club France, la nuit ne fait que com­men­cer !

Rio, le 13 août. De­vant l’en­trée du Club France, des Fran­çais en te­nue dé­con­trac­tée…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.