Sein, un pa­ra­dis dans la tem­pête

Aujourd'hui en France - - VOTRE SOIRÉE TÉLÉVISION - Ile de Sein (Fi­nis­tère) De notre en­voyée spé­ciale NORA MO­REAU

À HUIT KI­LO­MÈTRES à l’ouest de la pointe du Raz, une fois pas­sé le pé­rilleux raz de sein, conver­gence de très forts cou­rants dans le­quel les pê­cheurs pro­fes­sion­nels jettent leurs fi­lets, émerge l’île de Sein. Cette roche gra­ni­tique au pay­sage aride, d’une mo­deste su­per­fi­cie de 58 ha, compte à ce jour un peu plus de 90 ha­bi­tants à l’an­née pour près de 1 500 l’été — si l’on compte les tou­ristes à la jour­née. « Ça me rap­pelle les îles grecques », souffle l’une d’entre eux en met­tant pied à terre. A Sein, lorsque la mé­téo se veut clé­mente, le so­leil ré­veille bru­ta­le­ment le blanc des bâ­tisses de son pe­tit bourg — où l’on se perd fa­ci­le­ment dans ses rues étroites — et pose un calme sai­sis­sant qui contraste avec les tem­pêtes ra­geant en pé­riode hi­ver­nale. « L’été, le temps s’ar­rête. L’hi­ver, il se dé­règle et se dé­chaîne », sou­pire une vieille dame à la ter­rasse d’un ca­fé.

Sur l’île lil­li­pu­tienne, au­cun vé­hi­cule ne cir­cule, hor­mis deux ou trois uti­li­taires, mu­ni­ci­paux ou dé­diés aux se­cours. Res­tent quelques ba­teaux de pêche et de plai­sance et sur­tout un tout nou­veau ca­not SNSM, qui a coû­té près de 1,3 M€. « La mer est sou­vent ca­pri­cieuse et peut être dan­ge­reuse, glisse Am­broise Me­nou, pre­mier ad­joint de l’île et an­cien pré­sident de la SNSM de Sein. Cet équi­pe­ment est es­sen­tiel pour nous et fonc­tionne grâce à l’aide de quelque trente vo­lon­taires. » Pour se re­pé­rer, trois phares et deux tou­relles bordent l’île et ses alen­tours.

Am­broise Me­nou est aus­si l’an­cien mé­de­cin de l’île. « Celle qui prend ma suite est ar­ri­vée il y a un mois. On fonc­tionne avec un rem­pla­çant du conti­nent lors de nos congés. En treize ans et neuf mois en poste sur l’île, les ha­bi­tants n’au­ront vé­cu que 2 h 15 sans pré­sence mé­di­cale — à cause d’un pro­blème de ba­teau. »

Com­pa­gnon de la Li­bé­ra­tion

Sur Sein, le ca­rac­tère est fort. « Ici, on est fier », glisse avec un sou­rire Di­dier-Ma­rie Le Bi­han, ar­tiste peintre ori­gi­naire du coin. « C’est la plus pe­tite com­mune in­su­laire de France et la plus mé­daillée, par-des­sus le mar­ché ! » La plus cé­lèbre ré­com­pense sé­nane reste à ce jour celle por­tée par le « Cor­beau des mers ». Ce ba­teau, em­blé­ma­tique de la Ré­sis­tance, comp­tait à son bord une ving­taine de ma­rins sé­nans ayant ré­pon­du à l’ap­pel du gé­né­ral de Gaulle en juin 1940. Ces der­niers ont re­joint l’An­gle­terre sur ce tout pe­tit ca­seyeur de 14 m. « C’est la com­mune qui fut ré­com­pen­sée », note Di­dierMa­rie. C’est ain­si qu’elle est, en 1946, Com­pa­gnon de la Li­bé­ra­tion. Une anec­dote gra­vée à tout ja­mais dans la chaus­sée de Sein.

Île de Sein (Fi­nis­tère), mar­di. A Sein, le plus grand calme règne sou­vent l’été. En hi­ver, en re­vanche, la mer se dé­chaîne fré­quem­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.