Ou­blier Alz­hei­mer en chan­tant

SANTÉ. La vi­déo a ému la Grande-Bre­tagne. On y voit un père chan­ter avec son fils et, le temps d’une chanson, ou­blier qu’il souffre d’Alz­hei­mer. Un es­poir pour tous ceux dont un proche est at­teint de la ma­la­die.

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - Bru­no Du­bois, neu­ro­logue CLAU­DINE PROUST

À 80 ANS, Ted McDer­mott vient, par le Web, d’ac­cé­der à une no­to­rié­té mon­diale dont il n’au­rait pas osé rê­ver quand, jeune, il chan­tait dans les pubs de Grande-Bre­tagne. Une époque que ce su­jet bri­tan­nique dé­sor­mais cou­ron­né de che­veux blancs, sur­nom­mé The Son­ga­mi­nute Man par ses potes (l’équi­valent de juke-box), en rai­son de son in­épui­sable ré­per­toire, a en grande par­tie ou­bliée. De même qu’il n’a sans doute pas conscience de l’élan pla­né­taire sus­ci­té par les vi­déos pos­tées par son fils.

Ted McDer­mott souffre en ef­fet de la ma­la­die d’Alz­hei­mer. Sa mé­moire s’est dé­jà consi­dé­ra­ble­ment dé­gra­dée. Au point, comme l’a confié son fils Si­mon à la BBC, que, par­fois, il ne le re­con­nais­sait plus et qu’as­sis au pub, il lui parle comme à un étran­ger. Pros­tra­tion et crises d’agres­si­vi­té ver­bale et phy­sique émaillent en al­ter­nance son quo­ti­dien de ma­lade, ren­dant dou­lou­reux, voire ter­ri­fiant, ce­lui de ses proches. Sauf… quand il chante !

Voix po­sée, timbre sans faille et mé­lo­die sûre, le vi­sage éclai­ré de plai­sir et les épaules en plein swing, il re­de­vient ce­lui que ses proches ont connu. « Un vrai Si­na­tra ! » com­mente Si­mon, qui a dé­cou­vert cette mé­ta­mor­phose un jour où, condui­sant son père en voi­ture il avait al­lu­mé la ra­dio. « Du coup, on a rou­lé tous l’après-mi­di… »

De­puis, pour le bien-être de Ted et ces pré­cieux mo­ments de re­trou­vailles, Si­mon le fait chan­ter aus­si sou­vent que pos­sible. S’il s’est mis à le fil­mer, c’était pour lui dé­dier une page Fa­ce­book (The Son­ga­mi­nute Man) via la­quelle il ré­colte des fonds au bé­né­fice de l’Alz­hei­mer So­cie­ty, prin­ci­pale as­so­cia­tion ca­ri- ta­tive an­glaise dé­diée à l’aide des ma­lades et de leurs fa­milles, pour fi­nan­cer la plate-forme té­lé­pho­nique « qui nous a tant ai­dés ces der­nières an­nées ». Clics et dons (dé­sor­mais à plus de 92 000 €) ont dé­pas­sé toutes es­pé­rances, tan­dis que ses vi­déos gonflent de ten­dresse et d’es­poir tous ceux des « vi­si­teurs » vi­vant Alz­hei­mer à tra­vers l’un de leurs proches.

La mu­sique et les chan­sons, der­niers rem­parts contre la ma­la­die ? « Mé­di­ca­le­ment, tem­père le pro­fes­seur Bru­no Du­bois, neu­ro­logue et di­rec­teur de l’Ins­ti­tut de la mé­moire et de la ma­la­die d’Alz­hei­mer à la Pi­tié-Sal- pê­trière (AP-HP), seul un trai­te­ment, qui reste à trou­ver, pour­ra un jour stop­per l’ir­ré­mé­diable pro­gres­sion des lé­sions cé­ré­brales qui ca­rac­té­risent cette pa­tho­lo­gie. Mais en at­ten­dant, un ma­lade, fut-il a un stade avan­cé, peut en­core comme Ted plon­ger dans sa mé­moire la plus an­cienne et la chanson peut fa­vo­ri­ser des ré­cu­pé­ra­tions. »

« A cause des lé­sions, la ma­la­die fait qu’on ne peut plus rien sto­cker dans le sac à sou­ve­nirs, pour­suit le spé­cia­liste. «On de­vient in­ca­pable de se sou­ve­nir de la veille, mais on peut en­core se re­mé­mo­rer des choses très an­ciennes, gra­vées dans l’hip­po­campe » au fond du cer­veau. « Un sou­ve­nir n’est ja­mais sto­cké de fa­çon fi­gée en un seul en­droit, mais dis­tri­bué dans le cer­veau par les dif­fé­rentes com­po­santes, so­nores, vi­suelles, ol­fac­tives qui le consti­tuent », dé­taille en­core Bru­no Du­bois. Comme la sa­veur de la ma­de­leine de Proust, l a chanson « s’ac­com­pagne d’un état émo­tion­nel qui fa­vo­rise la ré­ac­ti­va­tion com­plète du sou­ve­nir ».

« La mu­sique fa­vo­rise la ré­ac­ti­va­tion com­plète du sou­ve­nir »

At­teint d’Alz­hei­mer, il chante avec son fils le­pa­ri­sien.fr

Dans une vi­déo pu­bliée sur le compte Fa­ce­book The Son­ga­mi­nute Man, Si­mon Mc Der­mott et son père Ted chantent sur le tube ita­lien « Quan­do Quan­do Quan­do » de To­ny Re­nis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.