Le dji­ha­diste Adel Ker­miche in­hu­mé dans le Val-d’Oise

TER­RO­RISME. L’un des deux tueurs du père Ha­mel, as­sas­si­né dans l’église de Saint-Etienne-du-Rou­vray, a été en­ter­ré en toute dis­cré­tion hier soir dans le car­ré mu­sul­man du ci­me­tière de Pui­seux-Pon­toise.

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - ANNE COL­LIN AVEC L.A. ET C.L.

L’AS­SAS­SIN du père Ha­mel a fi­na­le­ment été in­hu­mé hier soir dans le Val-d’Oise. Adel Ker­miche, l’un des deux tueurs de la pe­tite église de Saint-Etienne-du-Rou­vray (Seine-Ma­ri­time), le 26 juillet, a été en­ter­ré en toute dis­cré­tion, dans le car­ré mu­sul­man du ci­me­tière in­ter­com­mu­nal de Pui­seux-Pon­toise.

À 21 h 10, le convoi fu­né­raire com­po­sé de deux vé­hi­cules s’est ra­pi­de­ment en­gouf­fré sous une pluie fine alors que la nuit tom­bait. Il est sui­vi de peu par les proches du ter­ro­riste. Une quin­zaine de per­sonnes ont alors re­joint le convoi pour tra­ver­ser à pied le ci­me­tière. S’en est sui­vie une très courte cé­ré­mo­nie. Les hommes pré­sents se sont d’abord ap­pro­chés du cer­cueil avant d’être re­joints par les femmes. A 22 heures, tous les vé­hi­cules ont quit­té les lieux.

La nou­velle de cette in­hu­ma­tion avait été bien gar­dée : la tombe ano­nyme de­vant ac­cueillir ce Fran­çais de 19 ans, tué par les forces de l’ordre après l’at­taque ter­ro­riste du 26 juillet, a été creu­sée moins de trois heures avant la cé­ré­mo­nie.

Do­mi­nique Le­febvre, le pré­sident de l’ag­glo­mé­ra­tion de Cer­gyPon­toise nous ex­plique pour­quoi Adel Ker­miche a pu être en­ter­ré sur le site : « J’ai été contac­té il y a quelques jours. La fa­mille pos­sède une conces­sion dans ce ci­me­tière. Donc la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion n’a fait qu’ap­pli­quer stric­te­ment la loi. » Après plu­sieurs réunions cette se­maine, c’est le maire de Pui­seux-Pon­toise Thier­ry Tho­mas­sin qui a dé­li­vré le per­mis d’in­hu­ma­tion et l’ag­glo­mé­ra­tion de Cergy-Pon­toise qui a me­né les opé­ra­tions.

De­puis le jour de la ter­rible tue­rie, la dé­li­cate ques­tion de l’in­hu­ma­tion des deux dji­ha­distes hante l e s s e r v i c e s é t a t i q ue s . Dès le 29 juillet, la com­mu­nau­té mu­sul­mane de Saint-Etienne-du-Rou­vray où ha­bi­tait Adel Ker­miche avait fait part de son op­po­si­tion à une éven­tuelle in­hu­ma­tion. Mo­ham­med Ka- ra­bi­la, res­pon­sable de la mos­quée Ya­hya s’était alors ému d’une telle pers­pec­tive sus­cep­tible, se­lon lui, de « sa­lir l’is­lam ». Face à ce re­fus, un groupe mu­sul­man da­nois s’était dit, dé­but août, prêt à en­ter­rer le jeune homme. Une pro­po­si­tion contre­dite dès le len­de­main par Ba­shir Ah­mad Naz­mi, le chef du Fonds is­la­mique da­nois. Mêmes dif­fi­cul­tés concer­nant le sort de la dé­pouille d’Ab­del-Ma­lik Pe­tit­jean, le deuxième as­sas­sin du père Ha­mel, tou­jours en sus­pens. Les maires de Saint-Dié-des-Vosges (Vosges), sa com­mune de nais­sance, et de Mont­lu­çon (Al­lier), ville où a vé­cu sa fa­mille pen­dant quatre ans, ont in­di­qué il y a dix jours qu’ils re­fu­se­raient l’in­hu­ma­tion.

Obli­ga­tion lé­gale

Ce casse-tête s’est ré­pé­té ces der­nières an­nées : de­puis l’af­faire Me­rah, en mars 2012, 20 dji­ha­distes fran­çais, étran­gers ou bi­na­tio­naux, ont été tués par la po­lice ou sont morts en ka­mi­kazes, sou­le­vant des in­ter­ro­ga­tions d’ordre ju­ri­dique, re­li­gieux, voire di­plo­ma­tique. Pour­tant le code gé­né­ral des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales pré­voit quatre cas dans les­quels la sé­pul­ture dans le ci­me­tière d’une com­mune « est due » : lorsque la per­sonne est dé­cé­dée sur son ter­ri­toire, quand elle y est do­mi­ci­liée, si le mort est un Fran­çais éta­bli hors du pays et ins­crit sur la liste élec­to­rale, si la fa­mille dis­pose dé­jà d’un ca­veau. Au­tre­ment dit, la mu­ni­ci­pa­li­té de Mont­lu­çon, ville où a vé­cu la fa­mille d’Ab­del-Ma­lik Pe­tit­jean pen­dant quatre ans, peut re­fu­ser. Mais celle de Saint-Dié, si elle est sol­li­ci­tée, de­vra ac­cep­ter.

Pui­seux-Pon­toise (Val-d’OIse), hier soir. Il était près de 22 heures quand le corps d’Adel Ker­miche a été en­ter­ré en pré­sence de ses proches.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.