… Mos­se­ly à ja­mais la pre­mière

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Rio de Ja­nei­ro De l’un de nos en­voyés spé­ciaux ÉRIC MI­CHEL

Née le 19 août 1992 à Cré­teil (Val-de-Marne) Dis­ci­pline : boxe, - 60 kg Club : Red Star Club Cham­pi­gny Pal­ma­rès : cham­pionne olym­pique (2016) ; cham­pionne du monde ama­teur (2016) ; vi­ce­cham­pionne d’Eu­rope (2014) ET SOU­DAIN, To­ny Yo­ka s’est écrou­lé en hur­lant. Pas sous les coups de son ad­ver­saire croate quelques mi­nutes plus tôt en de­mi-fi­nale des su­per-lourds. Il a dé­cro­ché son ti­cket pour la fi­nale mal­gré une che­ville dou­lou­reuse. Non, le co­losse est tom­bé sous le poids de l’émo­tion en re­gar­dant sa com­pagne, Es­telle Mos­se­ly, dé­cro­cher l’or. « Elle est cham­pionne olym­pique ! clame le cham­pion du monde. Je pleure comme un ga­min parce que c’est comme si j’avais ga­gné moi-même. Es­telle, c’est moi et moi c’est elle. On a tel­le­ment par­ta­gé de sa­cri­fices pour en ar­ri­ver là, tel­le­ment tra­vaillé… »

Es­telle Mos­se­ly, née à Cré­teil en 1992, a eu 24 ans hier. Inu­tile de lui faire un ca­deau : elle a eu les plus beaux de la vie et le jour qu’il fal­lait. Elle est cham­pionne olym­pique et son fu­tur époux s’est qua­li­fié pour la fi­nale. Des ins­tants gra­vés en elle pour tou­jours. « Je ne sais pas quoi dire, je suis trop émue, souffle-t-elle. J’ai tout don­né jus­qu’au bout pen­dant les quatre rounds. Je tiens à fé­li­ci­ter mon en­traî­neur, Ka­rim Ad­jir, dont la femme vient d’avoir un en­fant. » La boxe fran­çaise est une fa­mille qui, même dans les plus beaux mo­ments, pense à celle des autres : « La vic­toire, c’est pour lui, pour tout ce qu’il a fait pour moi. Mer­ci à ma fa­mille, mes sup­por­teurs. J’entre dans l’his­toire en étant la pre­mière Fran­çaise à de­ve­nir cham­pionne olym­pique. »

Après sa vic­toire sur la Chi­noise Jun­hua Yin, la jeune in­gé­nieur en in­for­ma­tique, maî­tri­sant l’an­glais et le russe, n’ou­blie pas de ti­rer quelques le­çons de ce qui lui ar­rive : « Ce­la prouve une chose. Il faut tou­jours croire en ses rêves, même quand ce sont les plus grands. Il faut juste se battre pour les at­teindre. »

To­ny Yo­ka vise le titre de­main

Es­telle Mos­se­ly donne aus­si à la boxe fran­çaise sa 5e mé­daille d’or seule­ment* en un siècle. Au terme d’un com­bat mal en­ga­gé et âpre contre une Chi­noise bel­li­queuse. « Ce­la été com­pli­qué, re­con­naît To­ny Yo­ka, parce qu’elle a per­du les deux pre­miers rounds mais elle est re­ve­nue à la ba­garre pour al­ler cher­cher la Chi­noise. Elle est al­lée la cher­cher avec tout ce qu’elle a. C’est ça Es­telle ! »

Main­te­nant, c’est au tour de To­ny d’al­ler cher­cher la mé­daille di­manche (20 h 15) pour la po­ser sur leur che­mi­née. « Si Es­telle est cham­pionne olym­pique et pas moi, j’au­rai l’air de quoi ? D’un to­card », avait sou­ri le géant en dé­bar­quant au Bré­sil. Il n’a plus le choix. « Main­te­nant, c’est à moi de l’imi­ter. Je suis à trois rounds, à neuf mi­nutes de ma mé­daille d’or olym­pique et je ne vais vrai­ment pas lâ­cher main­te­nant. » Et ain­si ne pas gâ­cher le bon­heur d’Es­telle. Car fi­na­le­ment, elle veut bien en­core re­ce­voir un ca­deau. Mais seule­ment une autre mé­daille d’or ! * Après Bra­him As­loum (2000), Ro­ger Mi­che­lot (1936), Jean Des­peaux (1936) et Paul Fritsch (1920). Es­telle Mos­se­ly et To­ny Yo­ka nous parlent de leur ma­riage après les Jeux

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.