Couvre-feu à Fros­say

Aujourd'hui en France - - VOTRE SOIRÉE TÉLÉVISION - Fros­say (Loire-At­lan­tique) De nos en­voyés spé­ciaux PIERRE VAVASSEUR

APRÈS QUA­RANTE JOURS de v a - drouille buis­son­nière dans le pays, voi­ci notre couvre-feu. Eric Bu­reau, juillet­tiste, et votre ser­vi­teur aoû­tien, ac­com­pa­gnés par quatre pho­to­graphes-vi­déastes prêts à mon­ter au front d’un cam­ping-car pour y dor­mir par n’im­porte quelle tem­pé­ra­ture, par­fois so­no­ri­sée de claquettes de pluie, notre Bat’va­ria mo­bile a bou­clé la boucle avec un fes­ti­val-ca­ra­vane.

Il se tient jus­qu’à ce soir en­core à Fros­say, dans le pays de Retz, en Loire-At­lan­tique, à deux pas de la Ven­dée, et porte le beau nom de Ca­ra­vane de Couvre Feu*. De­puis le 12 août, pour la pre­mière fois de­puis seize ans, ce ren­dez-vous de mu­siques mul­ti­genres, qui tire son nom d’un mor­ceau d’un groupe punk di­jon­nais, s’est pro­me­né de com­mune en com­mune sur six sites dif­fé­rents. No­tons que le ha­meau d’à cô­té s’ap­pelle Mi­gron. C’était tout in­di­qué. Nous ar­ri­vons sur zone en dé­but de ma­ti­née. La ré­gion, pré­vient une pan­carte, aux abords du ca­nal de la Mar­ti­nière où la jeu­nesse lo­cale vient plon­ger d’un pont comme dans les vieux films en noir et blanc, est « tran­quille et pas­to­rale ». La scène des concerts est im­po­sante. Ren­sei­gne­ments pris, el l e t i ent dans un se­mi-re­morque. Mi­racle de la tech­no­lo­gie mo­derne et des vé­rins à pis­tons.

Dans notre mai­son rou­lante, les pros­pec­tus des di­vers sites et fes­ti­vals que nous avons cou­verts de­puis six se­maines se sont épar­pillés dans les vi­rages. C’est un peu le Bronx. Il se trouve que les Tam­bours du même nom, pro­gram­més en soi- rée et qui de­vaient pas­ser nous jouer la sé­ré­nade, sont en rade sur l’au­to­route. Un ac­ci­dent de la cir­cu­la­tion a cas­sé leur rythme. Rien de très sur­pre­nant, la vie nous mène à la ba­guette.

Le pre­mier groupe à se pro­duire s’ap­pelle Mon­sieur le Di­rec­teur. A Fros­say, le di­rec­teur se nomme Vincent Ma­hé ( lire ci­des­sous). Il a le goût des autres et le sens de l’hu­mour. Les couacs ne lui font pas peur. Pour preuve il les in­vite. Les Couac, une com­pa­gnie d’im­pro­vi­sa­tion, amuse l’après-mi­di la prai­rie. L’herbe y est plus verte qu’ailleurs et pour cause. Des cor­dons de bé­né­voles — ils sont 400 ce week-end ! — ra­tissent en es­ca­drons ser­rés tout ce qui n’est pas vé­gé­tal. Il s’agit de rendre les lieux tels qu’on les a trou­vés.

A la can­tine, un cha­pe­let d’éplu­cheuses de pa­tates res­semblent à des sprin­teurs en étape de plaine. Ici, tout le monde col­la­bore, du lo­cal à l’étran­ger. Le fes­ti­val pioche ain­si une part de ses forces dans les Chan­tiers des jeunes vo­lon­taires créés, au siècle der­nier, dans le but de re­cons­truire l’Eu­rope. Ils existent tou­jours. L’Eu­rope est lente à re­cons­truire. Cette an­née, on est ve­nu de par­tout à Fros­say se don­ner la main et bien la ser­rer. La tra­gé­die de Nice a pe­sé sur la billet­te­rie de Couvre Feu. L’an­nu­la­tion de nom­breux feux d’ar­ti­fice a été un deuxième coup de mas­sue. Sur un bud­get qui avoi­sine 1 M€, ce genre d’in­con­vé­nient donne for­cé­ment des fris­sons à Fros­say. Mais il est 17 heures. Les Tam­bours du Bronx et le so­leil sont de la par­tie. De quoi ar­ran­ger les bi­dons.

400 bé­né­voles sur le pont ce week-end

* Ca­ra­vane de Couvre Feu, jus­qu’à ce soir, à Fros­say. Dé­buts des concerts 17 h 15. Brous­saï, Zou­fris Ma­reea­cas, JP Ma­no­va, Hu­bert-Fé­lix Thié­faine (21 h 15), Tal­co et Pfel § Greem. En­trée : 32 €. Gra­tuit pour les moins de 12 ans.

Fros­say (Loire-At­lan­tique), hier. Par­mi ceux qui mettent la main à la pâte pour or­ga­ni­ser le fes­ti­val de mu­sique Ca­ra­vane de Couvre Feu fi­gurent des bé­né­voles des Chan­tiers des jeunes vo­lon­taires, créés au siècle der­nier dans le but de re­cons­truire l’Eu­rope.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.