La consul­ta­tion à 25 € est va­li­dée

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - Jean-Paul Ha­mon, pré­sident de la FMF DA­NIEL ROSENWEG

OUF ! DE­PUIS HIER et le vote fa­vo­rable des mi­li­tants de la Fé­dé­rat i o n de s mé­de­cins de Fr a nce (FMF), Ni­co­las Re­vel, di­rec­teur de la Caisse na­tio­nale d’as­su­rance ma­la­die, sait que jeu­di prochain la conven­tion qu’il né­go­cie de­puis six mois avec les cinq syn­di­cats de mé­de­cins se­ra si­gnée.

Pour­tant, ça n’était pas ga­gné. Il fal­lait trois si­gna­taires pour va­li­der ce do­cu­ment qui fixe les re­la­tions entre les 11 5 000 mé­de­cins li­bé­raux et la Sé­cu pour les cinq an­nées à ve­nir. Or, le contexte de grande ten­sion avec le mi­nis­tère de la San­té n’était pas fa­vo­rable. Sa­tis­fait du pas­sage de la consul­ta­tion du gé­né­ra­liste de 23 € (de­puis 2011) à 25 € le 1er mai 2017, MG France a dit qu’il si­gne­ra le texte. D’ores et dé­jà, le Bloc, qui a ob­te­nu une re­va­lo­ri­sa­tion de cer­tains actes de chi­rur­gie, d’obs­té­trique et d’anes­thé­sie, avait don­né son ac­cord. En re­vanche, la CSMF, ma­jo­ri­taire, et le SML réuni­ront leurs ins­tances le 25 août pour tran­cher, mais leur hos­ti­li­té au texte, ré­af­fir­mée hier, au­gure d’un re­jet. Hier, la dé­ci­sion de la FMF était donc très at­ten­due.

« Nous al­lons si­gner cette conven­tion qui n’a rien de struc­tu­rant, dé­clare le pré­sident de la FMF, Jean-Paul Ha­mon. Mais que la mi­nistre de la San­té ne se ré­jouisse pas : nous res­tons fer­me­ment op­po­sés à sa loi San­té et au tiers payant gé­né­ra­li­sé ! » Pour­quoi si­gner, alors ? « Par prag­ma­tisme », glisse le doc­teur Ha­mon. « Il vaut mieux être dans la conven­tion pour faire bou­ger les choses, pou­voir dé­fendre nos confrères, faire avan­cer nos idées… plu­tôt que res­ter de­hors, im­puis­sants », ré­su­mait hier un mi­li­tant lors de l’as­sem­blée gé­né­rale — hou­leuse — du syn­di­cat. Le ré­sul­tat du vote des mi­li­tants était à l’image de ce dé­bat : 47 % ont vo­té non à la conven­tion.

Au fi­nal, et en an­née pleine (2019), cet ac­cord ajoute 1,315 Md€ aux 21 Mds€ d’ho­no­raires ver­sés aux mé­de­cins chaque an­née (14 par l’As­su­rance ma­la­die, 4 par les com­plé­men­taires san­té et 3 qui res­tent à la charge des pa­tients).

La Sé­cu dé­bour­se­ra 400 M€ de plus en 2017, 800 M€ en 2018 et 960 M€ en 2019 quand toutes les me­sures se­ront ef­fec­tives. Les com­plé­men­taires san­té fe­ront, elles, un ef­fort de 355 M€ sup­plé­men­taires.

Ni­co­las Re­vel se fé­li­cite que « des avan­cées né­ces­saires et at­ten­dues par les pa­tients voient le jour, en termes de lutte contre les dé­serts mé­di­caux, de meilleure prise en charge des pa­tho­lo­gies ch­ro­niques et d’ac­cès ra­pide à un spé­cia­liste en cas d’ur­gence ».

« Nous res­tons fer­me­ment op­po­sés à la loi San­té et au tiers payant gé­né­ra­li­sé ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.