Voi­ci la ta­blette pour dys­lexiques

LEC­TURE. En France, 5 % en­vi­ron des élèves sont dys­lexiques. Une so­cié­té d’édi­tion tou­lou­saine a mis au point une li­seuse élec­tro­nique et une ap­pli pour les ai­der à ap­prendre à lire.

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - Tou­louse (Haute-Ga­ronne) De notre cor­res­pon­dante Na­tha­lie Thei­sen, or­tho­pho­niste JU­LIE RIMBERT

POUR LES EN­FANTS dys­lexiques, l’ap­pren­tis­sage de la lec­ture est par­fois un par­cours du com­bat­tant. Confu­sion des lettres, fa­tigue ac­cen­tuée, vi­tesse de lec­ture plus lente… En France, en­vi­ron 5 % des élèves en souffrent. Pour les ai­der à ap­pré­cier la lec­ture, la so­cié­té d’édi­tion nu­mé­rique Me­dia­tools, à Tou­louse, a créé une li­seuse adap­tée aux en­fants dys­lexiques, ain­si qu’une ap­pli­ca­tion. Bap­ti­sée Ap­pi­dys, elle se­ra dis­po­nible dé­but 2017.

Isa­belle Des­prez, chef de pro­jet chez Me­dia­tools, connaît bien les consé­quences de la dys­lexie : son fils de 13 ans en souffre de­puis son en­trée à l’école. Pour trou­ver la pa­rade, cette qua­dra­gé­naire aide chaque jour son ado­les­cent à lire les ou­vrages im­po­sés au col­lège. « Je lis quel­que­fois moi-même des pas­sages ou je lui passe une ver­sion au­dio pour que ce­la le fa­tigue moins, ra­conte cette ma­man de deux en­fants. C’est un han­di­cap, car la lec­ture est par­tout. Il est en classe de 4e mais a un ni­veau de lec­ture de CM 2. »

« Ce n’est pas de la ré­édu­ca­tion, mais un pas vers l’au­to­no­mie »

Ap­pi­dys adapte la lec­ture au rythme de l’en­fant en gros­sis­sant la po­lice du texte, en sé­lec­tion­nant une po­lice spé­ci­fique ou dif­fé­rentes vi­tesses de lec­ture. « On peut aus­si ac­ti­ver une lec­ture au­dio pour tra­vailler en au­to­no­mie, iso­ler en sur­brillance une zone de lec­ture ou ré­pé­ter un mot en par­ti­cu­lier, pré­cise Isa­belle Des­prez. L’ap­pli­ca­tion, tes­table en ligne, peut être ré­glée aux dif­fi­cul­tés de chaque en­fant. Mon fils, qui a tou­jours ai­mé les his­toires, peut ain­si s’en­traî­ner à lire tout seul. »

Le pro­to­type a été tes­té par une qua­ran­taine d’or­tho­pho­nistes, er­go­thé­ra­peutes, pa­rents et en­fants dys­lexiques. Na­tha­lie Thei­sen, or­tho­pho­niste à Bor­deaux (Gi­ronde), es­time qu’Ap­pi­dys est un bon ou­til com­plé­men­taire au sui­vi des profes- sion­nels. « Ce n’est pas une ap­pli­ca­tion de ré­édu­ca­tion, mais c’est un pas vers l’au­to­no­mie pour l’en­fant et moins de stress pour les pa­rents, qui les aide à lire, ex­plique-t-elle. Grâce à ses fonc­tions d’as­sis­tance, cette li­seuse ré­duit la fa­tigue des en­fants, une des rai­sons pour la­quelle ils lâchent la lec­ture. » Seule l’his­toire « la Soupe au caillou » est adap­tée et illus­trée pour cette ta­blette in­no­vante, mais les créa­teurs d’Ap­pi­dys sou­haitent que d’autres e-books, com- me les clas­siques étu­diés au col­lège, soient dis­po­nibles. Me­dia­tools a lan­cé un ap­pel à fi­nan­ce­ment par t i c i pat i f (sur Mi­cro­cul­tures.fr) afin de réunir les 10 000 € né­ces­saires au dé­ve­lop­pe­ment de l’ap­pli­ca­tion. Le livre in­tro­duit des no­tions de phy­sique, jongle avec le pittoresque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.