« Il fau­dra en dé­battre avec les élèves »

Le pro­vi­seur

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - CH. B.

« Il y a des Po­ké­mon au­tour de nous. On en a dé­jà trou­vé un dans le gym­nase. » Phi­lippe Pra­del, pro­vi­seur pa­ri­sien, vient de « prendre conscience de l’am­pleur du phé­no­mène » Po­ké­mon Go. Pour l’ins­tant, au­cune de­mande de l’Edu­ca­tion na­tio­nale pour rayer les éta­blis­se­ments sco­laires du monde des Po­ké­mon n’est par­ve­nue à l’édi­teur du jeu, Nian­tic, inon­dé de cour­riers com­mi­na­toires de par­ti­cu­liers, de com­munes ou de lieux de mé­moire. Phi­lippe Pra­del, qui di­rige le ly­cée Paul-Bert à Pa­ris (XIVe), a dé­ci­dé qu’il fau­dra « dé­battre du su­jet avec les élèves : les ly­céens doivent com­prendre qu’ils n’ont au­cun in­té­rêt à en­trer dans une es­ca­lade qui nous for­ce­rait à in­ter­dire stric­te­ment les por­tables, ex­plique-t-il. En tout cas, si je me re­trouve avec une arène vir­tuelle dans mon ly­cée, je de­man­de­rai sa sup­pres­sion ». Au mi­nis­tère de l’Edu­ca­tion, on rap­pelle qu’il est « en prin­cipe » in­ter­dit aux élèves d’uti­li­ser leur mo­bile en classe. Mais de­hors et dans les cou­loirs, on pia­note à chaque in­ter­cours. « Si Po­ké­mon peut nous dé­bar­ras­ser de Pe­ri­scope (NDLR : une ap­pli­ca­tion qui per­met de fil­mer en di­rect), ce n’est peut-être pas mal », iro­nise Phi­lippe Tour­nier, pro­vi­seur du ly­cée Vic­torDu­ruy (VIIe) et porte-pa­role du syn­di­cat SNPDEN. Pas in­quiet pour deux sous, lui a dé­jà ran­gé la mode Po­ké­mon à cô­té de celles, ou­bliées, « des scou­bi­dous et des Ta­ma­got­chis ». le­pa­ri­sien.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.