Des moules-frites pour une bonne cause

Aujourd'hui en France - - L’ACTUALITÉ DES RÉGIONS - JEANNE MAGNIEN

NORD-PAS-DE-CA­LAIS - PI­CAR­DIE. Après l’an­nu­la­tion de la Grande Bra­de­rie de Lille, la moules-frites, son plat em­blé­ma­tique, veut se mon­trer so­li­daire. Plu­sieurs res­tau­ra­teurs ont en ef­fet dé­ci­dé de re­ver­ser 1 € par ca­que­lon ven­du pen­dant le pre­mier week-end de sep­tembre aux as­so­cia­tions de vic­times de l’at­ten­tat de Nice. Une évi­dence pour Laurent Bos­tyn, le di­rec­teur du res­tau­rant l’Ab­baye, près de la Grand-Place, qui a en­traî­né der­rière lui cer­tains de ses col­lègues res­tau­ra­teurs. « L’idée m’est ve­nue dès l’an­nonce de l’an­nu­la­tion de la bra­de­rie, je me suis dit : Il faut re­bon­dir, et mon­trer que les Lil­lois ont du coeur. Du coup, on va bais­ser de 2 € le prix des moules-frites pen­dant le week-end de la bra­de­rie et re­ver­ser 1 € par plat ven­du. Je vais aus­si ins­tal­ler une urne dans le res­tau­rant, pour que les gens puissent don­ner s’ils le sou­haitent. » Avec ses 140 places as­sises, l’Ab­baye écoule en gé­né­ral 1,2 t de moules pen­dant la pé­riode de la bra­de­rie. Un pe­tit joueur com­pa­ré à cer­tains de ses voi­sins, dans un secteur qui abrite de nom­breux res­tau­rants. Cer­tains passent jus­qu’à 13 t de moules sur la pé­riode. « Tout seul, je n’au­rais pas réus­si à si­gner un très gros chèque. J’ai donc pro­po­sé à mes col­lègues de par­ti­ci­per à l’opé­ra­tion, ce qu’ils ont tout de suite ac­cep­té », pour­suit Laurent Bos­tyn. Pour l’heure, neuf res­tau­ra­teurs se sont en­ga­gés à re­ver­ser des fonds et tous les vo­lon­taires sont in­vi­tés à re­joindre le mou­ve­ment. Une bonne rai­son pour les Lil­lois, bra­de­rie ou pas, de cé­der à la ten­ta­tion de la moules-frites.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.