« De­ve­nir cham­pion chez les pros »

To­ny Yo­ka,

Aujourd'hui en France - - L’ACTUALITÉ DES RÉGIONS - Rio E.M.

« MON PROCHAIN OB­JEC­TIF ? De­ve­nir le pre­mier cham­pion du monde poids lourd fran­çais chez les pro­fes­sion­nels. » Aus­si­tôt des­cen­du du ring, mé­daille d’or au cou, To­ny Yo­ka s’est dé­jà pro­je­té vers l’ave­nir. Le titre olym­pique ne lui suf­fit pas. Le nou­veau géant du sport fran­çais est dé­jà tour­né vers son prochain ob­jec­tif : de­ve­nir le plus grand. Pour suivre le che­min de ses deux hé­ros, Mo­ha­med Ali, cham­pion olym­pique en 1960 avant de de­ve­nir The Grea­test, et l’An­glais Len­nox Le­wis, s a c r é e n 1988 avant de tout pul­vé­ri­ser sur son pas­sage. Pour bien me­su­rer la por­tée de l’ex­ploit de To­ny Yo­ka et dire com­bien son rêve n’est pas une uto­pie, il faut rap­pe­ler à qui il suc­cède au pal­ma­rès des Jeux dans sa ca­té­go­rie : Joe Fra­sier (1964) et George Fo­re­man (1968), no­tam­ment.

En at­ten­dant, To­ny Yo­ka a un rôle à te­nir, ce­lui d’am­bas­sa­deur d’un sport qui, en France, faute de pro­mo­teur et de re­trans­mis­sion té­lé, fi­nis­sait par som­brer dans l’ou­bli. « La boxe fran­çaise manque de tête d’affiche en ef­fet, elle en a be­soin. Fran­che­ment, si je peux as­su­rer ce rôle, je le fe­rai avec plai­sir et ce se­rait même un hon­neur », ré­pé­tait-il avant de par­tir pour Rio. Ce rôle, il va l’as­su­mer en fai­sant le tour des té­lé­vi­sions à la ren­trée, en fai­sant les cou­ver­tures des ma­ga­zines avec Es­telle. To­ny Yo­ka va de­ve­nir un géant du sport fran­çais.

En at­ten­dant d’être cham­pion du monde pro­fes­sion­nel, sa vie a dé­jà chan­gé. Celle d’Es­telle Mos­se­ly aus­si. Dans quelques se­maines, la première boxeuse fran­çaise va re­trou­ver son cadre ha­bi­tuel : son bu­reau dans une grande en­tre­prise (Al­lianz) où l’at­tend son poste d’in­gé­nieur en in­for­ma­tique. Elle ne pas­se­ra pas pro­fes­sion­nelle, pas tout de suite. Avant les Jeux, elle n’avait pro­gram­mé qu’une seule chose sur son agen­da de ren­trée : « Des va­cances et du re­cul, beau­coup de re­cul avec la boxe à la­quelle j’ai tel­le­ment don­né. Avec To­ny, nous ne sommes pas par­tis en va­cances pen­dant très long­temps pour conti­nuer à nous en­traî­ner, par­tir en stage à Cu­ba, aux Etats-Unis en Al­le­magne. Moi, j’ai be­soin de re­pos. » Ils ont aus­si un ma­riage à pré­pa­rer.

Etre l’am­bas­sa­deur d’un sport qui, en France, manque de vi­si­bi­li­té

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.