Le « jour sans » d’Ab­sa­lon

Aujourd'hui en France - - L’ACTUALITÉ DES RÉGIONS - Rio ÉRIC BRUNA

VTT. « Sur quatre JO, j’en ai ga­gné deux. 50 % de réus­site, c’est pas si mal… » Der­rière la ligne d’ar­ri­vée, Ju­lien Ab­sa­lon, 36 ans, se force à sou­rire. Le no 1 mon­dial de VTT, double cham­pion olym­pique (2004 et 2008), a vé­cu une sale jour­née sur le par­cours de Deo­do­ro. Au bord de la rup­ture, Ab­sa­lon a tout don­né dans le der­nier tour pour s’ac­cro­cher à la 8e place. Loin, très loin de son grand ri­val suisse, Ni­no Schur­ter. « J’étais vrai­ment dans le dur, j’ai souf­fert comme ra­re­ment, lâche-t-il. Le der­nier tour était as­sez hor­rible. C’était un jour sans. Je ne m’ex­plique pas pour­quoi, parce que ces der­niers jours, tous les voyants étaient au vert. Quel­que­fois, on es­saie de tout cal­cu­ler mais j’étais au top de ma forme 48 heures trop tôt… » Con­trai­re­ment à Londres en 2012, où il avait été contraint à l’aban­don, le Tri­co­lore a mis un point d’hon­neur à fi­nir. « Je n’ai pas de re­grets parce que je ne vois pas ce que j’au­rais pu faire de plus », souffle-t-il. Maxime Mar­rotte, lui, est ve­nu échouer à une ra­geante 4e place après un long ma­no a ma­no avec l’Es­pa­gnol Co­lo­ma, qui ne l’avait pour­tant ja­mais de­van­cé de la sai­son. « Phy­si­que­ment, j’ai mis tout ce que j’avais, re­grette le no 3 mon­dial. J’étais vrai­ment en souf­france jus­qu’au bout. » Et après le cal­vaire de Fer­rand-Pré­vot sa­me­di, les Bleus du VTT quittent Rio sur un zé­ro poin­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.