Et de 3 pour Jean-Michel Apha­tie !

Aujourd'hui en France - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - CA­THE­RINE BALLE (AVEC SYL­VAIN MERLE)

ON ENTENDRA son ac­cent chan­tant dès ce ma­tin sur France In­fo, où il com­men­te­ra l’ac­tua­li­té po­li­tique du week-end. Mais c’est lun­di prochain que Jean-Michel Apha­tie ef­fec­tue­ra sa vraie ren­trée sur la ra­dio pu­blique : le jour­na­liste de 57 ans pren­dra les com­mandes de « 8 h 30 Apha­tie », dif­fu­sé en si­mul­ta­né à par­tir du 2 sep­tembre sur la chaîne d’in­for­ma­tion conti­nue du ser­vice public, sur le ca­nal 27.

Pen­dant une de­mi-heure, Apha­tie se­ra ac­com­pa­gné de Fa­bienne Sintes, la pré­sen­ta­trice de la ma­ti­nale, et il mè­ne­ra l’in­ter­view d’un in­vi­té po­li­tique en com­pa­gnie de Guy Bi­ren­baum (dé­jà ch­ro­ni­queur po­li­tique sur France In­fo) et de Gilles Born­stein (an­cien ré­dac­teur en chef de « Des pa­roles et des actes » sur France 2).

Ar­ri­vé sur Eu­rope 1 il y a un an pour pré­sen­ter « Eu­rope 1 Mi­di », l’an­cienne fi­gure de RTL n’au­ra donc pas­sé qu’une sai­son rue Fran­çois-Ier. « La di­rec­tion d’Eu­rope 1 m’a i nfor­mé mi- mai que l’émis­sion ne se­rait pas re­con­duite, ra­conte-t-il. Ce que j’ai re­gret­té… C’était une ex­pé­rience nou­velle, j’au­rais bien ap­pro­fon­di. J’ai ado­ré la ré­dac­tion d’Eu­rope 1, que j’ai trou­vée ex­trê­me­ment sym­pa­thique et dy­na­mique. » De­puis « long­temps », pour­tant, Apha­tie vou­lait « faire du com­men­taire po­li­tique ». Il en avait même par­lé à Laurent Gui­mier, le di­rec­teur de France In­fo.

Un ton « un peu caus­tique »

Lorsque ce der­nier lui a pro­po­sé de re­joindre Ra­dio France à quelques mois de l’élec­tion pré­si­den­tielle, le Basque a donc ac­cep­té avec en­thou­siasme. « Je suis ra­vi de re­trou­ver une in­ter­view po­li­tique. Je pen­sais que je ne re­trou­ve­rais plus cet exer­cice parce qu’en ra­dio, les cré­neaux sont rares : sur Eu­rope 1, il est oc­cu­pé par Jean-Pierre El­kab­bach, sur France In­ter par Pa­trick Co­hen et j’ai tour­né la page RTL (NDLR : Apha­tie y a of­fi­cié entre 2003 et 2015). » Dans ses in­ter­views, le jour­na­liste pro­met un ton « un peu caus­tique, un peu mé­chant » : « La confiance qu’on noue avec l’au­di­teur passe aus­si par le fait de ne pas ac­cep­ter tout ce qu’on nous dit pour ar­gent comp­tant. »

Comme ce ma­tin, Jean-Michel Apha­tie in­ter­vien­dra éga­le­ment dans d’autres tranches que la sienne pour re­bon­dir sur l’ac­tua­li­té po­li­tique : « C’est une part du tra­vail qui m’in­té­resse et m’amuse beau­coup. » Le jour­na­liste se ré­jouit aus­si de par­ti­ci­per à la nou­velle chaîne d’in­for­ma­tion en conti­nu. Pour l’oc­ca­sion, il compte bien « por­ter une cra­vate »…

Après RTL de 2003 à 2015 et Eu­rope 1 la sai­son der­nière, le jour­na­liste po­li­tique Jean-Michel Apha­tie re­joint la ra­dio et la chaîne France In­fo.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.