Seule­ment 11 centres de se­mi-li­ber­té

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - A.H.

Pré­pa­rer l’après : c’est l’ob­jec­tif des centres de se­mi-li­ber­té (CSL). Ce ré­gime amé­na­gé de dé­ten­tion per­met à un condam­né à un an d’em­pri­son­ne­ment, ou en fin de peine, de re­trou­ver la li­ber­té en jour­née pour, no­tam­ment, exer­cer une ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle ou se for­mer à un mé­tier. « Il s’agit d’une ré­ponse ju­di­ciaire pour les ré­in­ser­tions pro­fes­sion­nelles et so­ciales », af­firme-t-on à la di­rec­tion de l’ad­mi­nis­tra­tion pé­ni­ten­tiaire. « Ces struc­tures sont adap­tées à des pro­fils par­ti­cu­liers. Ce­la ne concerne pas tous les dé­te­nus. » Les CSL sont au nombre de 11, et concer­naient 1 770 pri­son­niers au 1er juillet. La mul­ti­pli­ca­tion de ce type de centres est à l’étude pour, entre autres, désen­gor­ger les mai­sons d’ar­rêt — très tou­chées par la sur­po­pu­la­tion car­cé­rale — où se cô­toient les dé­te­nus pour de courtes peines et ceux en at­tente d’être ju­gés. Ce sera, entre autres, l’ob­jet d’un dis­cours de Jean-Jacques Ur­voas, le garde des Sceaux, de­vant l’As­sem­blée mi-sep­tembre. Il fe­ra le point sur le pro­gramme im­mo­bi­lier de la Jus­tice. Au 1er juillet, 69 375 per­sonnes étaient in­car­cé­rées pour une ca­pa­ci­té d’ac­cueil maxi­male de 58 311 places, soit un taux d’oc­cu­pa­tion de 119 %.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.