Des profs ab­sents dès la ren­trée ?

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ -

LE CASSE-TÊTE du rem­pla­ce­ment des pro­fes­seurs ab­sents dans les écoles pour­rait re­faire sur­face « as­sez ra­pi­de­ment à cette ren­trée », faute d’un vi­vier suf­fi­sant d’en­sei­gnants, se­lon Fran­cette Po­pi­neau, nou­velle co-se­cré­taire gé­né­rale du Snuipp-FSU. Le pre­mier syn­di­cat du pri­maire es­time qu’« il reste en­core 7 978 postes de ti­tu­laires à créer » sur les 20 000 em­plois pro­mis par le gou­ver­ne­ment dans le pri­maire (dans le cadre du plan de 60 000 postes pro­gram­mé sur le quin­quen­nat dans l’en­sei­gne­ment et la re­cherche). De­puis 2012, « un ef­fort a été consen­ti, mais il n’a pas en­core de vi­si­bi­li­té dans les écoles, re­grette Fran­cette Po­pi­neau. L’école est un in­ves­tis­se­ment long, on ne peut pas se conten­ter d’une man­da­ture. L’école pri­maire a trop été vic­time de sup­pres­sions » de postes jus­qu’en 2012, « de mal­trai­tance ces der­nières an­nées », a-t-elle fait va­loir. En moyenne, la France in­ves­tit en­core 20 % de moins que la moyenne des pays de l’OCDE pour ses éco­liers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.