Rio, le jour d’après

Aujourd'hui en France - - L’ACTUALITÉ DES RÉGIONS - Rio (Bré­sil) De notre cor­res­pon­dante MORGANN JEZEQUEL

LA FLAMME à peine éteinte, il est dé­jà temps de faire ses adieux à la Ci­té mer­veilleuse. De­puis lun­di ma­tin, des di­zaines de mil­liers d’ath­lètes et de tou­ristes convergent vers l’aé­ro­port in­ter­na­tio­nal de Rio de Ja­nei­ro. Pour évi­ter qu’ils ne se re­trouvent pri­son­niers des tra­di­tion­nels em­bou­teillages qui pa­ra­lysent la ville aux heures de pointe, le maire a dé­cla­ré cette jour­née fé­riée. Une der­nière al­té­ra­tion dans le quo­ti­dien des Ca­rio­cas : les ha­bi­tants de Rio vivent de­puis plu­sieurs an­nées au rythme de la pré­pa­ra­tion des JO et des grands tra­vaux d’amé­na­ge­ment ur­bain en­ga­gés à cette oc­ca­sion.

Dans la ville, la fin de l’évé­ne­ment est donc ac­cueillie dans un mé­lange de sou­la­ge­ment, de sa­tis­fac­tion mais aus­si de mé­con­ten­te­ment. Comme il fal­lait s’y at­tendre — ce­la avait dé­jà été le cas pour la Coupe du monde de 2014 — Rio a fi­na­le­ment été ca­pable d’or­ga­ni­ser un grand évé­ne­ment spor­tif. Les arènes étaient prêtes pour ac­cueillir les com­pé­ti­tions, le bou­le­vard olym­pique a vu pas­ser des mil­lions de per­sonnes ve­nues as­sis­ter aux ren­contres sur les écrans géants ou pro­fi­ter des concerts or­ga­ni­sés chaque jour. En termes de sé­cu­ri­té, hor­mis les vols à l’ar­ra­ché ou à main ar­mée, ré­gu­liers à Rio, au­cun drame ma­jeur n’a été si­gna­lé.

Plu­sieurs ra­tés et un fu­tur in­cer­tain

Sa­tis­faits, les Bré­si­liens le sont face au pal­ma­rès de leur équipe olym­pique, qui a dé­cro­ché 19 mé­dailles dont 7 en or, un re­cord dans l’his­toire du pays. La com­pé­ti­tion au­ra aus­si eu le mé­rite de ré­con­ci­lier le Bré­sil avec sa Se­le­ção, qui a dé­cro­ché son pre­mier titre olym­pique à l’is­sue d’un match en forme de re­vanche conte l’Al­le­magne, et de re­faire briller le se­cond sport de pré­di­lec­tion du pays, le vol­ley-ball, en or face à l’Ita­lie.

Pour au­tant, le dé­rou­le­ment des JO ne s’est pas fait sans couac. Temps de trans­port à ral­longe pour ac­cé­der aux arènes ou au centre de presse, files d’at­tente in­ter­mi­nables de­vant les bu­vettes, dé­fec­tion en masse des vo­lon­taires et stades aux gra­dins très clair­se­més, le co­mi­té d’or­ga­ni­sa­tion de Rio cherche en­core à ex­pli­quer ces ra­tés. Ques­tion sé­cu­ri­té, les balles per­dues qui ont troué le toit du centre de presse de Deo­do­ro ne sont pas pas­sées in­aper­çues, tout comme les jets de pierre contre un bus de jour­na­listes qui pas­sait à proxi­mi­té d’une fa­ve­la de Rio. Et puis, s’ils ont hâte de re­trou­ver une vie nor­male, les caisses vides de l’Etat font craindre aux Ca­rio­cas une gueule de bois post­olym­pique très dif­fi­cile à vivre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.