La re­chute du jeune dji­ha­diste

TER­RO­RISME. Condam­né en juin pour avoir sé­jour­né en Sy­rie dans les rangs d’un groupe ar­mé is­la­miste, un Tou­lou­sain de 19 ans s’est vo­la­ti­li­sé. Les au­to­ri­tés ont per­du sa trace sur l’une des routes du dji­had…

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - THIBAULT RAISSE

LE CHE­MIN vers la dé­ra­di­ca­li­sa­tion est se­mé d’obs­tacles. Et de re­chutes. Ayoub A. en est une nou­velle et in­quié­tante illus­tra­tion. Ce Tou­lou­sain de 19 ans a été contrô­lé sur « la route du dji­had » dé­but août par les au­to­ri­tés turques, puis ex­pul­sé en Es­pagne où sa trace s’est de­puis per­due. En 2014, ce­lui qui n’était alors qu’un ado­les­cent de 16 ans avait dé­jà pas­sé près de trois se­maines en Sy­rie au sein d’un groupe af­fi­lié à Al-Qaï­da avant de ren­trer en France. Il avait été ju­gé pour ces faits en juin der­nier, et condam­né à six mois de pri­son avec sur­sis par le tri­bu­nal pour en­fants de Pa­ris. Une peine qui n’était pas dé­fi­ni­tive, le par­quet ayant fait ap­pel du ju­ge­ment.

Le 16 août der­nier, la mère du jeune homme se rend au com­mis­sa- riat. « Elle y an­nonce la dis­pa­ri­tion de son fils, en pré­ci­sant qu’il ne donne plus de signe de vie de­puis dé­jà une se­maine », in­dique une source proche du dos­sier. L’in­for­ma­tion est trans­mise aux ser­vices de ren­sei­gne­ment qui n’ignorent rien de son pas­sé ra­di­cal. Pour­tant, l eur vi gi l ance a cette fois en­core été trom­pée. Les en­quê­teurs se mettent en ordre de ba­taille pour ten­ter de re­trou­ver sa trace. Quelques heures de re­cherche suf­fisent à ex­hu­mer un billet d’avion sus­pect : un cer­tain Ayoub A. a pris un vol Bar­ce­lone-So­fia (Bul­ga­rie) avec es­cale à Is­tan­bul le 8 août. Un ho­mo­nyme ? Peu pro­bable, même si l’hy­po­thèse n’est à ce jour pas com- plè­te­ment écar­tée. La des­ti­na­tion bul­gare ap­pa­raît vite comme un sub­ter­fuge : c’est bien l’es­cale turque qui in­té­resse le Tou­lou­sain. « C’est une tech­nique dé­sor­mais uti­li­sée pour ne pas at­ti­rer l’at­ten­tion », re­lève un proche de l’en­quête. Le stra­ta­gème tourne court : re­pé­ré alors qu’il tente de quit­ter l’aé­ro­port d’Is­tan­bul, Ayoub est ar­rê­té par la po­lice lo­cale puis re­fou­lé en di­rec­tion de Bar­ce­lone, son point de dé­part.

Les ser­vices turcs ont-ils omis de pré­ve­nir leurs ho­mo­logues fran­çais, ou ces der­niers ont-ils failli ? Tou­jours est-il qu’en at­ter­ris­sant dans la ca­pi­tale ca­ta­lane, le jeune homme par­vient à s’en­fuir. Il était, hier soir, tou­jours re­cher­ché dans le cadre d’une en­quête pré­li­mi­naire ou­verte le 19 août par le par­quet an­ti­ter­ro­riste de Pa­ris. Son cas ap­pa­raît comme un nou­vel exemple réus­si de « ta­qiya », cet « art » de la dis­si­mu­la­tion dé­ve­lop­pé par les dji­ha­distes.

Ac­com­pa­gné d’un ami, il avait re­joint, en jan­vier 2014, les rangs de Jabhat al-Nos­ra avant que tous deux ne re­viennent de leur propre chef en France. Pla­cé en garde à vue, Ayoub ex­plique alors avoir vou­lu com­battre le ré­gime de Ba­char al-As­sad puis avoir dé­chan­té face à la réa­li­té. Lors de son pro­cès, le jeune homme écarte à nou­veau toute croyance ra­di­cale, et pro­duit une at­tes­ta­tion d’em­bauche à la Poste. Le tri­bu­nal se montre ma­ni­fes­te­ment sen­sible à ses ar­gu­ments : en­cou­rant dix ans de pri- son, il est fi­na­le­ment condam­né à une peine de sur­sis simple.

De­puis ce ju­ge­ment, il avait été im­pli­qué dans une ba­garre pour la­quelle il de­vait com­pa­raître de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Tou­louse au mois d’oc­tobre. Mais rien dans son com­por­te­ment ex­té­rieur ne lais­sait en­vi­sa­ger la ré­ap­pa­ri­tion de convic­tions is­la­mistes. « Il a trom­pé tout son monde », dé­plore un membre de son en­tou­rage. Le der­nier jour de son pro­cès, Ayoub avait te­nu à s’adres­ser une der­nière fois à ses juges avant le dé­li­bé­ré. « Met­tez-vous à ma place deux se­condes, avait-il alors dé­cla­ré. On ré­pète ici de­puis le dé­but de l’au­dience que je suis un ter­ro­riste. Moi, j’ai­me­rais sim­ple­ment re­te­nir que je ne suis pas un ter­ro­riste. »

Un vol Bar­ce­lone-So­fia avec es­cale à Is­tan­bul pour brouiller les pistes

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.